Les contes de la Lune noire
Salut à toi compagnon surfeur, les habitants de la Lune noire te souhaite la bienvenue. Si cet environnement te plaît, n'hésite pas à nous rejoindre ^^


Et si derrière les faits se cachait une autre vérité...
 
AccueilportailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Mission 1 : Durandill ( Perséphone- Baltazard-Elwin))

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Lisette Heartless
Fille des ténèbres
Fille des ténèbres
avatar

Messages : 522
Date d'inscription : 13/11/2009
Age : 30
Localisation : A l'antenne IN

Feuille de personnage
Santé:
400/400  (400/400)
Inventaire:
Argent: 2300 pièces et 10 pts

MessageSujet: Mission 1 : Durandill ( Perséphone- Baltazard-Elwin))   Sam 19 Déc - 22:02

Le Pré de l'Asphodèle regroupe des monticules immenses de fleurs que l'on croirait éteintes, ce nom si trompeur n'est autre qu'un lieu d'errance où seul le lichen, la mousse et quelques bruyères trouvent leur existence. Au bout de ce pré brumeux, au delà de toute cette plaine qui regorge parfois de sols instables, se trouve Durandill, une épée qu'a subtilisé Perséphone voilà bien longtemps à une bande d'aventuriers un peu idiots qui avaient voulu passer par cet endroit. Dans sa lame se trouve une quintessence de puissance divine bénie par Perséphone; néanmoins les dieux ne sont pas partageurs; loin de là..

L'épée se réveilla de son long sommeil, elle sentit que sa maitresse s'aventurait encore en surface; elle émit alors des ondes télépathiques. Elle n'était qu'un objet dans des lieux non habités par des dieux, mais ici plongé dans ce sol maudit, elle reflétait une partie de conscience et cette conscience voulait se trouver un maître, quelqu'un de suffisamment -bien sûr- digne de la mériter.

- Qui que vous soyez... Venez à moi... Je suis Durandill, forgée par les nains, j'appartiens aux Enfers, je repose dans le Pré de l'Asphodèle et je peux être à vous...

Après avoir envoyé ces signaux, elle se rendormit pour ne plus se réveiller avant un bon moment, elle était redevenue aussi froide que l'acier qui la composait. La déesse des Enfers eut vent de cet appel bien sûr, ainsi que deux autres aventuriers : Elwin Sezni, un loup-garou et un humain, Baltazard Gold.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://iletaitunelune.forumactif.org
Perséphone
Reine des damnés
Reine des damnés
avatar

Messages : 702
Date d'inscription : 29/11/2009
Localisation : 666 rue du Styx

Feuille de personnage
Santé:
400/400  (400/400)
Inventaire:
Argent: 575 prières

MessageSujet: Re: Mission 1 : Durandill ( Perséphone- Baltazard-Elwin))   Dim 20 Déc - 14:38

- Qui que vous soyez... Venez à moi... Je suis Durandill, forgée par les nains, j'appartiens aux Enfers, je repose dans le Pré de l'Asphodèle et je peux être à vous...

Perséphone se réveilla en sursaut en entendant la complainte de Durandill. Ainsi c'était le moment: une nouvelle quête aller être entamée par de humains pour venir chercher la légendaire épée. Bien des compagnies de mortels avaient déjà tenté de s'accaparer l'épée cachée dans le domaine infernal. Mais tous y on laissé leur vie et ne sont jamais remontés à la surface. Ce n'était pas tant que la déesse tenait à cette épée mais elle aimait entraver tous ceux qui osaient s'introduire dans son royaume. Combien seraient-ils cette fois-ci, les audacieux aventuriers prêts à relever le défi lancé par l'épée? *Au moins deux* se dit Perséphone, et elle connaissait leur identité. Elle préparerait ses défenses en conséquence. Elle envoya chercher Ryuk, son majordome afin qu'il l'aide à préparer l'intrusion. Hadès vint se frotter à ses mollets:


"Et si cette fois, l'un d'eux arrivait à récupérer Durandill?"

"Ne dis pas n'importe quoi. Tu sais mieux que quiconque que le domaine des Enfers est un véritable traquenard."



Mais il fallait tout de même préparer de solides défenses. D'autant plus que les deux aventuriers n'étaient pas de simples mortels: Elwin Sezni était un loup-garou et Baltazard Gold, le fidèle associé de Perséphone, était un Avare. L'aide pour une quête ne faisait pas vraiment partie de leur contrat de collaboration, mais la déesse ne voulait pas trop l'amocher, il lui était bien utile, ce banquier acharné.

*Quoique, une fois mort, il pourrait devenir le comptable des Enfers.....*

Il y avait déjà beaucoup de loups-garou aux Enfers, mais Elwin était leur chef, il ferait donc un précieux locataire infernal. Mais il ne faut pas vendre la peau du panda avant de l'avoir tué. Perséphone se mit à la tâche de justement empêcher celle des deux aventuriers d'aboutir...........

_________________


Dernière édition par Perséphone le Ven 15 Jan - 20:20, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://iletaitunefolie.forumzarbi.com/forum.htm
Baltazard Gold
Rescapé de mon passé
avatar

Messages : 278
Date d'inscription : 18/12/2009
Age : 31
Localisation : Aux enfers

Feuille de personnage
Santé:
400/400  (400/400)
Inventaire:
Argent: 200 pièces d'or

MessageSujet: Re: Mission 1 : Durandill ( Perséphone- Baltazard-Elwin))   Dim 20 Déc - 16:15

-Qui que vous soyez... Venez à moi... Je suis Durandill, forgée par les nains, j'appartiens aux Enfers, je repose dans le Pré de l'Asphodèle et je peux être à vous...

Baltazard entendit cet appel alors qu'il concluait l'achat d'une ferme rentable pour seulement 50 pièces d'or. Impassible, il finit les négociations rapidement en ne laissant rien paraitre de ses émotions, ce qui n'était pas difficile pour un; puis il partit sans tarder. Baltazard voulait cette épée car seul une grande puissance magique pouvait avoir envoyé ce message. Et avec une épée comme celle-la, il allait pouvoir protéger l'équilibre du monde avec encore plus de sûreté. Malheureusement, Durandill était aux Enfers. Ce territoire était sous le contrôle de Perséphone et bien que celle-ci soit sa gardienne, elle n'allait pas le laisser faire. Mais Baltazard pourrait sûrement trouver un moyen de la convaincre.

*-Mais cela reste tout de même difficile. Peut-être même que je ne suis pas le seul à chercher Durandill! Mhmmm, comment vais-je me rendre aux Enfers sans me faire prendre par cette chère Perséphone? Je crois que je vient de trouver.....*

L'Avare prit donc la direction des Enfers, non sans avoir lancé un message à l'aide de son sou fétiche avant de partir. Une fois arrivé au lieu de rendez-vous, Baltazard attendit patiemment son collègue. Finalement, une porte s'ouvrit de nulle part. L'Avare la franchit sans hésitation pour se retrouver devant une rivière insipide. Surgissant de la brume, un bateau à vapeur, tout ce qu'il y a de plus moderne, accosta sur le rivage près de Baltazard. Celui-ci monta à bord encore une fois sans hésitation. A l'intérieur, un jeune Avare musclé et athlétique l'accueillit à bras ouvert.

-Ah, mon vieux Baltazard! Tu veux que je te dépose au Prés de l'Asphodéle, c'est bien ça?

-Oui, Charon. J'espère que je ne te dérange pas.

-Pas le moins du monde! Tout les Avares connaissent les exploits de Baltazard Gold!

Celui-ci resta muet tandis que son collègue allait à la barre. Après une heure de navigation, le bateau à vapeur accosta près du Pré de l'Asphodéle. Baltazard en descendit, après avoir demandé a Charon de filer avant que Perséphone ne s'aperçoive de sa présence. Il resta là, à l'affut de moindres pièges de la part de sa Gardienne.....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elwin Sezni
Le Grand Méchant Loup
avatar

Messages : 102
Date d'inscription : 01/12/2009
Age : 24

Feuille de personnage
Santé:
400/400  (400/400)
Inventaire:
Argent: 1570 pièces

MessageSujet: Re: Mission 1 : Durandill ( Perséphone- Baltazard-Elwin))   Dim 27 Déc - 21:49

-Qui que vous soyez... Venez à moi... Je suis Durandill, forgée par les nains, j'appartiens aux Enfers, je repose dans le Pré de l'Asphodèle et je peux être à vous...

Cet étrange appel raisonna dans l'esprit d'Elwin, alors qu'il établissait avec les membres de sa meute de loups-garous le périmètre qu'ils devaient surveiller dans les prochains jours, en vue d'une attaque de gobelins bien décidés à mettre sans dessus dessous la forêt de Vallamdoum. Il rassura ses amis quant à sa courte absence et préféra se retirer pour réfléchir au message télépathique qu'il venait de recevoir. Cette fameuse épée Durandill devait être très puissante, au point d'avoir transmit un tel signal, la seule difficulté étant que cette arme se trouvait aux Enfers. Dans le Pré de l'Asphodèle, d'après le message. Le lycan hésita longuement. Mais si cet appel lui avait été parvenu de la sorte, il devait se rendre au lieu donné sur le champ. Le jeune homme n'en toucha mot à ses compagnons, sachant pertinemment qu'ils se seraient porté volontaires pour l'accompagner. Hors Durandill n'avait pas raisonné dans l'esprit des autres loups-garous, aussi ne pouvait-il se permettre d'amener une autre personne dans sa quête. Elwin Sezni prétexta un rendez-vous important auprès de sa meute et partit en direction d'Elratrolith. Il savait que le Bordel des Nymphes Perverses abritait un accès direct pour les Enfers, à condition de répondre à l'énigme proposée par le gardien chargé d'empêcher toute intrusion. Ce genre d'établissement était loin d'intéresser le jeune homme, mais il ne connaissait que ce moyen pour se rendre au Pré de l'Asphodèle.

Rendu à la fameuse enseigne, Elwin poussa la porte de la chaumière pour entrer à l'intérieur. La bâtisse avait gardé son architecture d'opéra, cependant la décoration luxueuse avait fini par devenir un environnement horrifique et malsain; toutefois l'on ne pouvait nier qu'elle gardait un certain charme, en particulier par la présence des Nymphes. A la vue du loup-garou, certaines d'entre elles vinrent à sa rencontre, lui susurrant à l'oreille quelques uns des délices qu'elles pouvaient lui offrir en échange d'un peu de bon temps passé en leur compagnie. Il refusa poliment et continua sa route, épargnant à son regard bleuté la vue des clients aux côtés des employées du bordel ou celle des tableaux accrochés sur les murs. Après s'être enfoncé dans l'établissement, le lycan finit par trouver la porte qui servait de passage entre les deux mondes. A peine eût-il le temps de poser ses doigts sur la poignée qu'une voix s'éleva dans un murmure tout juste perceptible pour Elwin.


-L'homme qui me fit m'a crée pour un autre, l'homme qui m'acheta ne l'a pas fait pour lui, l'homme qui a besoin de moi ne me connait pas au moment où je lui serait utile. Qui suis-je?

A cette énigme sortie de nul part, le jeune homme réfléchit en fermant les yeux pour trouver ce qui pouvait relier toutes ces situations. Passant les doigts dans ses cheveux puis sur la cicatrice de sa joue, le Grand Méchant Loup inspira longuement avant de donner sa réponse.

-Un cercueil, car l'homme qui t'a fait t'a construit pour un autre, celui qui t'as acheté est vivant et donc ne l'a pas fait pour lui, enfin celui qui a besoin de toi ne te connaitra pas au moment où tu lui sera utile, étant donné qu'il sera décédé.

D'un coup, il sentit la poignée s'abaisser sous sa main, et la porte s'ouvrit sur un long tunnel sombre qui semblait interminable. Elwin jeta un bref coup d'oeil autour de lui et s'engouffra dans le chemin, avant d'entendre la porte se refermait brusquement derrière lui. Le lycan fit quelques pas dans le tunnel et atterrit soudainement au beau milieu d'un pré brumeux, dans un environnement qui paraissait endormi. Elwin balaya les alentours du regard, essayant de distinguer quoi que ce soit dans cette brume.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Perséphone
Reine des damnés
Reine des damnés
avatar

Messages : 702
Date d'inscription : 29/11/2009
Localisation : 666 rue du Styx

Feuille de personnage
Santé:
400/400  (400/400)
Inventaire:
Argent: 575 prières

MessageSujet: Re: Mission 1 : Durandill ( Perséphone- Baltazard-Elwin))   Mer 30 Déc - 0:19

*Ca y est, se dit Perséphone, les deux aventuriers ont pénétré dans mon royaume.*

Cette intrusion constituait à elle seule un véritable exploit; l'Histoire ne comptant que très peu d'humains vivants ayant réussi à entrer aux Enfers. Le dernier en date était Orphée, mais ça ne lui avait pas servit à grand chose finalement. Il n'empêche que celui-ci avait été à ce jour le seul à ressortir vivant du domaine infernal. Les deux audacieux aventuriers (ou malades!) en avaient-ils conscience? Ryuk venait d'arriver dans le bureau de la déesse pour la réunion prévue pour la mise en place d' épreuves à franchir par les humains poursuivant la quête de Durandill. Toute la pièce avait été sculptée dans l'onyx le plus sombre et le marbre luxuriant; au centre de la pièce, une cheminée circulaire faisait danser d'immenses flammes violettes. Cette fois-ci, il faudrait mettre les "bouchers" doubles, car les deux poursuivants étaient puissants et habiles -Perséphone devait bien l'admettre. Le majordome lui annonça que Baltazard Gold et Elwin Sezni se trouvaient à présent dans le Pré de l'Asphodèle, perdus dans la brume coutumière de ce lieu infect.

"Bien, Ryuk, nous allons commencer le mise en oeuvre des pièges"
"Oui, maîtresse" répondit avec un sourire sadique, le majordome des Enfers.

Perséphone lui répondit par un grand sourire de conspirateur et se plongea dans des ses pensées macabres. Soudain, ses yeux s'illuminèrent. La déesse des Enfers venait d'avoir une idée parfaite pour les deux intrus; elle pensaient à des trésors néfastes qu'elle avait depuis longtemps oubliés au fond de son domaine. Mais c'était le moment d'exhumer ces précieuses choses. Dans tous les cas, ils seraient perdus. C'est avec un geste élégant et majestueux qu'elle ordonna à Ryuk:

"Fais abattre les Miroirs du Désespoir sur le Pré de l'Asphodèle"

Le démon sourit de toutes ses dents, et ses ailes frémirent de délice. Car c'était bien là une épreuve difficile. Les dits-miroirs -s'ils ne découpaient pas les aventuriers en tombant à terre- formeraient dans ce Pré millénaire un immense labyrinthe de cristal. Mais ces miroirs n'étaient pas des plus communs: ils reflétaient la peur la plus profonde de celui qui s'y mirait. Il fallait avoir un esprit très fort pour ne pas succomber à l'angoisse mortelle: beaucoup de mortels avaient fini par se suicider lorsqu'on les plongeait dans ce labyrinthe infernal. La machine était en place; Perséphone entendit un bruit lourd et grinçant, qui lui indiquait que les Miroirs venaient d'être posés dans la plaine brumeuse. *Voyons voir comment nos amis vont s'en sortir. Nul ne sort indemne de la confrontation avec soi-même.*

_________________


Dernière édition par Perséphone le Ven 15 Jan - 20:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://iletaitunefolie.forumzarbi.com/forum.htm
Baltazard Gold
Rescapé de mon passé
avatar

Messages : 278
Date d'inscription : 18/12/2009
Age : 31
Localisation : Aux enfers

Feuille de personnage
Santé:
400/400  (400/400)
Inventaire:
Argent: 200 pièces d'or

MessageSujet: Re: Mission 1 : Durandill ( Perséphone- Baltazard-Elwin))   Mer 30 Déc - 14:47

Baltazard resta un moment devant le Pré de l'Asphodèle. Il prit tout son temps pour noter l'état des lieux dans son carnet ainsi que la valeur du terrain et le potentiel d'achat. Une fois qu'il eut finit d'ajouter le Pré de l'Asphodèle à sa fidèle liste de tous les terrains ayant un fort revenu dans le monde, l'Avare avança de quelques pas dans la brume. Il se fichait bien d'être une des seules personnes vivantes à être entrées en enfer; lui, ce qui lui importait c'était cette épée, une épée si puissante qu'elle pourrait bien lui assurer la sécurité de son immense trésor. Et si elle n'était pas si forte que ça, Baltazard n'aurait qu'à la vendre au plus offrant. Continuant sa marche silencieuse et prudente, il sortit de sa poche sa traditionnelle cigarette puis l'alluma tranquillement.

*-Mhmmmm, comme je connais cette chère Perséphone, elle ne va pas attendre plus longtemps. Je sens que ce lieu va devenir un véritable enfer.....*

Il ne tint pas compte de l'absurdité à laquelle il venait de penser, puisqu'il était en enfer, et repartit clope au bec. Soudain, une sorte de sifflement se fit entendre. C'était comme si quelque chose de tranchant fendait l'air.... Evitant de justesse un miroir qui lui érafla le bras, Baltazard se changea immédiatement en souris. Ce geste lui valut son salut, puisque c'était désormais une pluie de miroirs qui s'abattait sur lui. L'Avare zigzagua entre les miroirs tranchants, manquant de se faire couper la queue. Lorsque enfin, la pluie infernale s'arrêta, Baltazard reprit sa forme humaine.

*-Et bien, c'était un sacré coup! Mais il va falloir bien plus que cela pour me tuer, Perséphone. Je suis sur que tu me caches encore un de tes tours vicieux....*

Mais, malgré tout, rien ne se passa. L'avare regarda d'un peu plus près ces miroirs. Ils n'avaient rien de particulier, à part qu'il piégeaient Baltazard dans un véritable labyrinthe. Ce serait un jeu d'enfant de retrouver la sortie avec l'aide de son sou fétiche. Ou alors, il n'aurait qu'à briser les miroirs. Profitant d'un petite pause, l'Avare enleva ses lunettes bleues pour les nettoyer. Mais, soudain, ses yeux non-protégés par les verres fumés croisèrent un miroir. Aussitôt, Baltzard se vit aveugle, croupissant dans le boue. Autour de lui, plusieurs jeunes Avares le rabaissaient et lui criaient qu'il avait bafoué l'honneur de la race. Finalement, Baltazard vit qu'il n'y avait que des ruines qui l'entouraient. C'était la fin du monde, l'équilibre entre les pauvres et les riches avait été brisé. Et par sa faute! L'espace d'un instant, Il eut envie de se tuer. Il avait été indigne de sa mission. Cherchant machinalement une arme pour s'ôter la vie, il remit ses lunettes en place avec un simple geste d'habitude. La vision du miroir s'estompa alors et l'Avare tomba à genoux.

-Mais qu'est ce que c'est que cette sorcellerie???

*-C'est bien ce que je pensait. Encore un des coups sadiques de Perséphone. Il faut que je garde mes lunettes. Sans ça, je serais mort en quelques secondes. Je ne pourrait pas résister à une nouvelle vision!*


Baltazard chercha donc son chemin parmi les miroirs et après de longues heures, il en sortit. Mais la vision du miroir était encore gravée dans son esprit. Il se jura de faire tout pour que cela n'arrive pas. Puis, il continua de marcher tranquillement tout en fumant la cigarette qu'il n'avait toujours pas lachée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elwin Sezni
Le Grand Méchant Loup
avatar

Messages : 102
Date d'inscription : 01/12/2009
Age : 24

Feuille de personnage
Santé:
400/400  (400/400)
Inventaire:
Argent: 1570 pièces

MessageSujet: Re: Mission 1 : Durandill ( Perséphone- Baltazard-Elwin))   Mer 30 Déc - 16:40

Elwin fit quelques pas dans le fameux Pré, à travers la brume grisâtre, qui s'apparentait à une forêt dont le temps avait été arrêté subitement, laissant tous les éléments de la nature dans une sorte de sommeil. Le lycan fut alerté par un mauvais pressentiment et, sachant qu'il devait écouter son sixième sens animal, se mit à courir droit devant lui. La réaction ne tarda pas à se faire connaître, car un bruit de tranchant raisonna dans le Pré de l'Asphodèle, et de longs morceaux de miroirs s'écrasèrent au sol, formant des murs tout autour du jeune homme qui dut faire de nombreux bonds et esquives pour les éviter, manquant à plusieurs reprises de se voir amputer d'un bras ou d'un pied. Lorsque les bruits cessèrent, Elwin s'accroupit pour reprendre son souffle, promenant ses yeux bleus sur ce qui l'entourait. Les miroirs qui l'entouraient formaient une sorte de labyrinthe renvoyant son reflet. Inconscient, il s'approcha de l'un d'entre eux pour toucher la surface de ses doigts en souriant.

-Des miroirs ? Heureusement pour moi que je ne suis pas narcissique !

Elwin Sezni eut un petit rire, qui stoppa aussitôt lorsqu'il vit devant lui son reflet se déformer, prenant peu à peu l'image d'une scène, comme s'il s'agissait d'un flashback. Et quel flashback ! Le loup-garou reconnu la grand-mère de Lisette, la gorge affreusement mutilée par deux trous, les plaies béantes laissant couler le sang comme de petites rivières rouges qui chutaient sur le reste de son habit. Il fit un pas en arrière, surpris, en particulier lorsque celle-ci se mit à lui parler en le sermonnant, criant de façon odieuse de quelle manière le lycan n'avait pas réussi à empêcher sa petite-fille de commettre son crime. Le lycan en question se boucha les oreilles, mais continua d'entendre les lamentations de cette femme à travers le miroir. Il se mit alors à courir, là où ses pieds pouvaient le guider, sans se soucier des chemins à prendre, afin d'échapper à cette vision. Mais à peine eût-il atterrit dans un cul-de-sac, que devant lui apparut une nouvelle image, plus effrayante que la première. Elwin pu reconnaitre le Chasseur, avec ce même visage déchiré par la démence, le couteau de chasse levé et prêt à s'abattre sur lui. Le jeune homme essaya de reculer, tombant à la renverse tout en continuant de s'éloigner, mais le miroir semblait le suivre, à moins que ce ne soit lui qui fasse du sur-place ?

-Allez vous-en, partez ! Ne me touchez pas ! ARRÊTEZ !!

Elwin se mit à crier, à hurler plutôt, revoyant le vampire lui trancher la joue pour le marquer à vie de cette cicatrice, le rappeler de sa faiblesse qui en avait coûté la vie de la pauvre grand-mère. Désespéré, le lycan fouilla sa ceinture et essaya de trouver sa dague, ses doigts frôlant son scalpel qu'il tira malgré tout: tant pis pour la lame. D'un geste vif, sa main tremblotante vint planter le petit couteau dans sa jambe en lui arrachant un cri de douleur. Il voulait se tuer, mais la peur prenait ses membres et lui donnait de la difficulté à viser les points vitaux. La douleur de cette blessure, mélangée à l'angoisse qu'il subissait, entraina peu à peu sa transformation en loup-garou. Avant qu'il n'eût le temps de plonger son scalpel une seconde fois dans la chair, son corps se courba sous la métamorphose, tandis que son ossature prenait la forme d'un animal. De la fourrure brune apparu sur sa peau, les griffes remplacèrent ses ongles et son visage devint un museau de loup. Enfin, ses yeux bleus foncés devinrent noirs et perçants, la vision améliorée fut apportée par sa transformation. Ce fut ce changement de vue qui fit soudainement disparaitre les fantômes des miroirs, qui redevinrent les verres miroitants qu'ils étaient. Le loup-garou se plaignit de sa métamorphose, mais avait compris que s'il tenait à sortir d'ici vivant, il avait intérêt à rester sous cette forme pour ne pas subir les tortures de ces miroirs. L'animal galopa à travers les différents chemins, suivant son instinct pour finalement retrouver la sortie, au bout de quelques heures tout de même. Sorti de cette prison vitrée, le loup se concentra pour se forcer à redevenir humain. Chose faite, Elwin retrouva son apparence d'être humain, ressentant la blessure qu'il s'était faite à la jambe. Le jeune homme, encore un peu pâle, soupira.

-Pourquoi ais-je suivi cet appel... J'espère que cette épée en vaut la chandelle, je ne tiens pas à mourir aux Enfers !

Après avoir bandé sa plaie avec sa cravate qu'il serra autour de sa cuisse, il se releva et reprit la route vers on ne sait quelle direction, il ne s'en soucia pas vraiment sur le moment. Il attendait plutôt que sa blessure guérisse, sachant toutefois que sa guérison mettrait un peu de temps. Elwin arrangea un peu ses vêtements tout en marchant, se demandant encore pour quelles raisons il s'était rendu aux Enfers. Le courage ? Non. L'inconscience, plutôt.
[/left]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Perséphone
Reine des damnés
Reine des damnés
avatar

Messages : 702
Date d'inscription : 29/11/2009
Localisation : 666 rue du Styx

Feuille de personnage
Santé:
400/400  (400/400)
Inventaire:
Argent: 575 prières

MessageSujet: Re: Mission 1 : Durandill ( Perséphone- Baltazard-Elwin))   Mer 30 Déc - 20:52

Lorsque Ryuk lui fit le récit de ce qui s'était passé dans le Pré de l'Asphodèle, elle ne pu s'empêcher de rire: ces épreuves étaient toujours pleines de rebondissements inattendus! Les deux aventuriers s'en étaient plutôt bien sortis, deux humains normaux n'auraient pas résisté très longtemps aux visions d'horreur projetées par les Miroirs du Désespoir. Le majordome ajouta que l'Avare et le loup-garou longeaient actuellement le fleuve Léthé, qui coulait au milieu du Pré brumeux. Cela tombait merveilleusement bien, la prochaine épreuve concernait les mânes flottant sur l'étendue noire et aqueuse. Le royaume des Enfers constituait le lieu de regroupement des âmes de toutes les créatures trépassées; et plus particulièrement, le Pré de l'Asphodèle était le lieu de repos de toutes les âmes damnées et perdues. Parmi elles, on pouvait retrouver les mânes des plus grands criminels de l'Histoire ainsi que celles des plus grands tyrans.
Perséphone sourit et ramena à la conscience deux d'entre elles. A Baltazard Gold, elle envoya le légendaire et sanguinaire Gengis Khan, qui même mort, conservait sa force brutale et son génie militaire. A Elwin Sezni, elle envoya Tsutomu Miyazaki, "le meurtrier otaku", un très célèbre cannibale japonais qui avait tué puis dévoré plusieurs personnes: la mort n'avait pas étanché la soif de chair de ce charognard. La déesse était curieuse de voir ce que les deux aventuriers allaient trouver pour échapper à ces deux aliénés.

"Ne devrait-on pas, Ô déesse, ajouter une fausse lueur d'espoir à ces deux illuminés?" intervint Ryuk.

Perséphone trouvait cette idée diaboliquement géniale. Elle se mit à fouiller dans le coffre-fort de son bureau, qui contenait armes magiques et objets de torture en tous genres, à la recherche des deux plus misérables moyens de défense qu'elle savait se trouver là. Le premier était une fiole de potion anti-stress, qu'elle fit immédiatement apparaître aux pieds de l'Avare. Le deuxième était une poupée qui disait toujours la vérité, qu'elle octroya au loup-garou. Ryuk ricanait sur le seuil de la porte, une fois de plus ébloui par l'humour noir de sa maîtresse.
La déesse de Enfers, curieuse du déroulement des événement s'installa sur le balcon de son bureau, qui lui offrait une vue grandiose sur le Pré de l'Asphodèle. Sirotant un café bien fort, accompagné d'une longue cigarette aux clous de girofle, elle se pencha sur le rebord, jetant ses yeux perçants sur le lieu des opérations.

_________________


Dernière édition par Perséphone le Ven 15 Jan - 20:52, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://iletaitunefolie.forumzarbi.com/forum.htm
Baltazard Gold
Rescapé de mon passé
avatar

Messages : 278
Date d'inscription : 18/12/2009
Age : 31
Localisation : Aux enfers

Feuille de personnage
Santé:
400/400  (400/400)
Inventaire:
Argent: 200 pièces d'or

MessageSujet: Re: Mission 1 : Durandill ( Perséphone- Baltazard-Elwin))   Sam 2 Jan - 21:52

Baltazard marcha longuement à travers la brume, jusqu'à ce qu'il arrive devant un long fleuve qui semblait traverser le Pré de l'Asphodèle de part en part. L'Avare remonta ses lunettes puis lâcha une bouffée de fumée avec sa cigarette. Son regard de faucon se promena sur la surface plutôt tranquille du fleuve. L'eau était d'un noir d'encre, ce qui n'était pas étonnant pour un fleuve des enfers. Baltazard continua malgré tout de fixer l'eau, jusqu'à ce que ses yeux s'habituent à l'obscurité des eaux. Puis finalement, il les vit. Des corps de damnés flottaient dans le fleuve entier. Des mânes. L'Avare se souvint d'un cours de géographie de son mentor, Scrooge. Le vieil Avare lui avait alors expliqué que plusieurs fleuves coulaient dans les Enfers, et lui avait appris à les reconnaitre. Le Léthé était le fleuve de l'oubli, où se trouvaient les mânes des pires tyrans, criminels et fripouilles de l'Histoire. L'Avare s'écarta immédiatement du fleuve. Si les informations de Scrooge étaient bonnes, les mânes pouvaient à tout moment sortir du Léthé pour servir la reine des Enfers. Et justement, sa Gardienne était la reine des Enfers. Avec précaution, Baltazard poursuivit sa route en surveillant l'eau noire.

*-Le jour ou Perséphone refusera d'essayer un moyen aussi tentant de se débarrasser d'intrus, je me ferai aussitôt Bouffon du Pape et je distribuerai des sucettes en diamants à Cerbère le chien. Il faut que je reste prudent, et aussi vif d'esprit. L'intelligence, c'est un route qu'on emprunte pour se sortir des problèmes d'argent, comme dirait Scrooge. Mais aujourd'hui, je devrais plutôt remplacer "argent" par "dangereux".*

Soudain, l'ouie fine de Baltazard décela un bruit de pas. L'Avare se retourna brusquement, mais il n'y avait rien. Le fleuve était aussi calme qu'à son arrivée, et rien n'avait changé. Il eut un fin sourire, puis continua sa route en sifflotant. Et quand Baltazard sifflote, ce n'est jamais bon signe. Après plusieurs minutes, l'Avare s'arrêta. Quelqu'un le suivait bel et bien. Et il était sur que c'était une mâne. Reste à savoir laquelle. Soudain, une petite fiole remplit d'un liquide bleu clair apparut a ses pieds. Il se pencha, la ramassa et lut ce qui y était inscrit: "Potion Anti-Stress pour mourir sans stress, garantie pur jus et non remboursable en magasin". L'Avare eut alors un rire qui retentit dans l'espace désert. Elle était bien bonne celle-là. Perséphone lui envoyait donc une Potion Anti-Stress. Ce n'était pas que l'inscription qui faisait rire Baltazard, c'était la potion en elle-même. Si on lui avait envoyé une potion Anti-Poux, cela aurait été du pareil au même. Avec ça, l'Avare était sur d'avoir un moyen de défense fiable. Et il allait sûrement en avoir besoin.... Usant de ses réflexes aiguisés, Il évita à une vitesse surnaturelle le sabre qui venait s'abattre sur lui. Il se changea en souris, évitant encore un coup et s'éloigna rapidement de son adversaire. L'Avare reprit forme humaine, à quelques mètres seulement de l'ennemi. Celui-ci était légèrement trempé, signe qu'il avait séjourné quelques temps dans l'eau insipide du Léthé. Une mâne. Et pas n'importe quelle mâne. C'était un homme de grande taille avec les cheveux et la barbe noire. On pouvaient difficilement savoir de quel couleur de peau il était vu que sa peau était devenu terne et grise, enfin ce qui restait de sa peau. Les habits de la mâne était sûrement mongols. Le cerveau de Baltazard tourna à plein régime.

*-Oh!!! Mais c'est Gengis Khan! J'ai déjà croisé un de tes descendants je crois. Espérons que tu ne sois pas aussi fort et grand stratège que les livres d'Histoire le laissent entendre.*

L'Avare scruta les alentours, et en déduit que ce légendaire guerrier était la seule mâne à avoir voulu couper du Baltazard à midi. Mais était-il vraiment midi? Il perdait la notion du temps. Baltazard vit que Gengis était prêt à en découdre. Mais il restait calmement à sa place, comme l'Avare. Celui-ci savait bien qu'il ne rivaliserait jamais avec le génie militaire de son adversaire. Donc, plus qu'une seule solution. Il prit la potion Anti-Stress et commença à la trafiquer un peu. Voyant sa proie s'activer, Gengis Khan agit aussitôt. Il sortit l'arc qu'il avait passé en bandoulière et le banda avec sa seule et unique flèche. Le projectile partit à une vitesse vertigineuse et l'Avare ne put que se le recevoir dans la jambe. Il tomba a terre, mais sourit malgré la douleur sur son visage. La potion était prête. Le guerrier mongol s'approcha, levant le sabre pour tuer Baltazard. L'avare roula sur lui-même et jeta quelque chose vers la bouche du conquérant qui l'attrapa avant qu'elle n'entre a l'intérieur. Mais Baltazard avait prévu cette réaction.

-Retourne te coucher, ton ère est révolue.

L'Avare sauta au-dessus de Gengis et lui versa le contenu de la vraie fiole dans la bouche. La chose que Gengis avait attrapée n'était en fait qu'une simple boule de papier provenant du carnet de l'Avare. Le guerrier légendaire recula sous l'effet irritant de la potion. Car la potion anti-stress était maintenant un potion irritante. Seul un idiot aurait donné une potion à un Avare ayant décroché son diplôme de Science/Alchimie/Micro-Physique. Gengis Khan recula encore, voulant se débarrasser des grattements qui secouaient son corps. Il posa un pied dans l'eau noire du léthé, puis un autre. Et enfin, il se retrouva au milieu du fleuve. Baltazard souffla alors sur son sou fétiche. Déboulant à toute vitesse, un bateau à vapeur faucha la mâne comme un épi de blé. En passant, Charon salua Baltazard par le hublot de la cabine de pilotage puis continua sa route, emportant le corps de Gengis Khan. L'Avare eut un soupir de soulagement. C'était moins une. Que lui réservait encore sa Gardienne? L'air confiant, Baltazard longea la fleuve Léthé et jeta sa cigarette dans l'eau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elwin Sezni
Le Grand Méchant Loup
avatar

Messages : 102
Date d'inscription : 01/12/2009
Age : 24

Feuille de personnage
Santé:
400/400  (400/400)
Inventaire:
Argent: 1570 pièces

MessageSujet: Re: Mission 1 : Durandill ( Perséphone- Baltazard-Elwin))   Dim 3 Jan - 1:56

Sa petite marche ayant suffit à apaiser ses derniers tremblements et la douleur de sa jambe, Elwin Sezni finit par distinguer au milieu du brouillard de la plaine une sorte de longue rivière. Arrivé devant, il constata que le liquide s'écoulant dans ce fleuve paisible était noir et à l'apparence aqueuse. Rien de bien attirant si l'on avait envie de faire une petite baignade, c'est en tout cas ce que se disait le jeune homme en longeant l'étrange ruisseau sombre qui s'étendait à perte de vue. Soudain, il perdit l'équilibre, comme si son pied venait de culbuter quelque chose, et s'étala dans l'herbe du pré ou ce qui s'y apparentait. Le lycan poussa un soupir en se retournant, pour se rendre compte de l'objet qui venait de le faire tomber. Il s'agissait d'une poupée d'enfant, en tissus et presque réaliste, avec de faux cheveux longs et noirs, des vêtements de petite fille ainsi qu'un visage inexpressif. Le loup-garou se releva en la prenant dans sa main, intrigué par ce poupon sorti de nul part. Sa présence n'était pas rassurante, d'autant plus que l'expression neutre de ce jouet était assez inquietante. Elwin déglutit en faisant un sourire nerveux.

-Après les miroirs, voila qu'on me fait jouer à la poupée... C'est adorable. Quelle sera ma prochaine surprise ?

-Moi~!

Le jeune homme sursauta et laissa retomber la poupée. Etait-ce cette dernière qui venait de parler ? La voix semblait mécanique et enfantine, comme ces sons pré-enregistrés que ce genre de jouet répetait à longueur de journée. Elle avait réagit immédiatement après sa question, comme pour lui répondre. Et si c'était ce qu'elle venait de faire ? Après tout, la surprise qu'il venait d'avoir en la voyant parler, était bien provoquée par elle-même. Sceptique, Elwin Sezni s'agenouilla pour dévisager la poupée, réflechit un instant avant de lui parler.

-Hum... Où suis-je ?

-Aux Enfers, dans le Pré de l'Asphodèle, près du fleuve Léthé~!

Le jeune homme se mordit la lèvre, elle venait une nouvelle fois de parler, une seconde fois, pour lui dire quelque chose de véridique. Il voulu lui reposer des questions, mais se rendant compte de sa situation, il secoua la tête en se moquant avec un léger sourire.

-Je suis devenu fou au point de faire la conversation à une poupée qui parle...

Elwin se redressa en prenant la poupée. Qui sait, elle pourrait sans doute lui être utile. Jouet en main, il continua sa route au bord du fleuve, avant d'être soudainement alerté, comme pour tout à l'heure avec les miroirs. Le lycan se retourna et, comme sorti de l'eau noirâtre, une silhouette s'était dressé, sur laquelle s'écoulait le liquide aqueux de la rivière sombre. De taille et de corpulence humaine, il finit par se dévoiler sous sa couche liquifiée, faisant apparaitre des cheveux noirs en bataille, un visage au sourire carnassier et des yeux qui laissaient à penser à une nationalité asiatique, à en juger par ses traits. Le jeune homme fit un pas en arrière, essayant de mettre un nom sur ce visage qui ne semblait pas lui vouloir du bien. Il était en Enfer, à quoi devait-il s'attendre ? L'homme fit un pas en sa direction, puis deux, avant de se mettre à courir en criant. Elwin tourna les talons et coura à son tour, essayant d'échapper à son poursuivant. Ayant une bonne endurance, il parvint à trouver refuge derrière une bruyère après avoir laissé une bonne distance à l'étrange inconnu perdu dans la brûme, qui hurlait en le cherchant. Elwin reprit son souffle tout en essayant de le distinguer au milieu de ce nuage gris.

-Merde, mais qu'est-ce que c'était ?

-Tsutomu Miyazaki~

Le jeune homme tourna la tête vers la poupée qui venait de lui donner une réponse à nouveau. Le nom lui dit vaguement quelque chose, et se rappela de faits perpetrés peu avant les années 90. Un homme avait tué de façon bestial de très jeunes enfants, terrorisant les familles par lettres et coups de téléphone, à qui il avait pris les progénitures pour les mutiler et les molester, aussi bien physiquement que sexuellement, avant d'en manger quelques parties et envoyer le reste comme cadeau aux membres de leurs familles. Un obsedé de films d'horreur et d'animations pornographiques. Un otaku cannibale et meurtrier. Elwin Sezni avala difficilement sa salive en se rappelant de tout cela. Que faisait ce type ici ? Depuis qu'il était arrivé, on n'avait cessé de vouloir l'empêcher de continuer, quite à le mettre hors d'état de nuire. Le loup-garou ne pu continuer à s'interroger davantage qu'il sentit derrière lui le japonais se rapprocher dangereusement. Il décolla de son buisson, constatant le tueur en train de se battre avec les feuilles avant de finalement poser son regard sur le jeune homme. Celui-ci recula, à la même allure que le cannibale s'approchait de lui, visiblement affamé. Elwin guida une main à sa ceinture pour en sortir sa dague et la mettre devant lui pour se protéger. Mais cela ne suffisait pas à alerter Miyazaki qui se rua une nouvelle fois sur lui, se jetant sur le lycan qui se heurta encore au sol. Toutefois la situation était plus dérangeante étant donné qu'il avait un aliéné sur lui, prêt à le goûter. Le loup-garou empêcha la bouche carnassière de venir le prendre au cou en plaçant la dague entre les dents, ces dernières essayant de mordre la lame pour voir si elle avait elle aussi un peu de goût. Elwin plia la jambe pour envoyer son pied dans le ventre de l'homme et l'éloigner, lui permettant ainsi de se relever. A quelques pas de lui se tenait la poupée, qui avait volé au moment où il s'était vu plaqué à terre. La lumière. Le lycan bondit sur le poupon pour le récuperer, malheureusement le criminel ne le laissa pas profiter davantage de sa prise qu'il lui sauta sur le dos, tentant de le garder au sol, tandis qu'il approchait dangereusement les dents de son cou. Elwin s'agita pour essayer de le repousser mais rien n'y faisait, l'homme l'agrippait solidement et ne semblait pas décidé à le relâcher de sitôt. Le lycan se vit obligé de recourir à sa forme animale une fois de plus. Un cannibale n'est friand que de chair humaine, et n'aurait que faire de la viande d'un loup. Miyazaki fut quelque peu étonné de voir le pelage brun du loup-garou recouvrir la surface de cette peau dans laquelle il tenait tant à y planter les dents. Entièrement transformé, l'animal attrapa les poignets du japonais pour l'envoyer voler en arrière, la chute fut suivie de quelques injures exprimées dans un japonais vulgaire. Elwin Sezni en profita pour prendre le poupon entre ses pattes et se retourna vers le cannibale, revenant lentement à la charge. Il présenta la poupée à ce dernier, qu'il tenait à bout de bras, l'agitant légèrement pour la faire sautiller et secouer ses faux cheveux noirs.

-Hé, Miyazaki, regardes ce que j'ai pour toi ! C'est ma petite fille chérie, elle s'appelle Erika. C'est joli comme prénom, Erika ! Elle a quatre ans et c'est une adorable enfant.

Elwin parla lentement, calmement, en dépit de sa voix devenue plus grave provenant de son museau, de façon à apaiser le japonais qui paraissait comme hypnotisé par le jouet qu'il lui agitait sous les yeux.

-Oui, c'est ma belle poupée... N'est-ce pas, que tu es une jolie poupée ?

-Oui~!

Dès que la petite voix enfantine s'éleva dans le Pré, le tueur paru comme fou et se lança en direction du loup-garou, qui ne pu qu'envoyer le poupon en l'air et bondir sur le côté. L'homme l'attrapa et la dévisagea, la caressa, tout en se léchant les lèvres de façon odieuse. Elwin essaya de se faire oublier tandis que le cannibale lui parlait en japonais, marchant à quatre pattes le plus discrètement possible. Il n'avait jamais tuer à proprement parler, mais c'était là le seul moyen qu'il avait pour survivre. Oui, tout était une question de survie, et s'il voulait vivre, il fallait qu'il tue ce criminel qui de toute manière avait déjà cassé sa pipe depuis longtemps. Le lycan, après s'être déplacé pour venir se poster derrière lui, planta ses cros derrière la nuque de Miyazaki qui hurla de douleur en serrant la poupée entre ses doigts. Le loup cracha le sang et la chair accumulé dans sa gueule et griffa le dos du criminel à plusieurs reprises, pris d'une soudaine colère. Cet homme avait tué sauvagement des petites filles, et même mort il comptait recommencer sur cette poupée. Un individu dégoûtant, il n'y avait pas d'autres mots, et Elwin prenait presque plaisir à lacérer le dos de ce japonais qui finit par s'effondrer au sol. Le loup-garou reprit sa forme normale, et c'est un Elwin écoeuré par le goût de sang qu'il avait en bouche qui vint s'approcher du cadavre ensanglanté. Il soupira bruyamment, il n'aimait pas se laisser aller à ce genre de boucherie sous sa forme de loup, mais avait du mal à contrôler ses pulsions. Toutefois, il était ravi d'avoir pu venir à bout de ce cannibale. La poupée était écrasée par le poid de ce dernier, et sans doute recouverte de sang, aussi il préfera ne pas la récuperer.

-Tant pis pour ma mauvaise curiosité, je préfère la lui laisser.

Après s'être dépoussiéré, Elwin Sezni referma sa veste pour cacher sa chemise pleine de sang et reprit sa route en longeant le fleuve Léthé, gardant cependant une distance avec ce dernier. Il aurait voulu se nettoyer la bouche, mais l'eau était loin d'être suffisemment hygiènique. Le goût de sang était habituelle après sa transformation selon ce qu'il avait pu mordre, mais c'était d'autant plus écoeurant d'avoir cette sensation sous forme humaine, en plus de savoir qu'il s'agissait du sang d'un japonais aliéné, sadique et cannibale. Le jeune homme continua sa route, espérant ne pas faire de nouvelles rencontre, même s'il se doutait du contraire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Perséphone
Reine des damnés
Reine des damnés
avatar

Messages : 702
Date d'inscription : 29/11/2009
Localisation : 666 rue du Styx

Feuille de personnage
Santé:
400/400  (400/400)
Inventaire:
Argent: 575 prières

MessageSujet: Re: Mission 1 : Durandill ( Perséphone- Baltazard-Elwin))   Lun 4 Jan - 15:20

La déesse avait particulièrement apprécié le spectacle qui venait de se dérouler dans le Pré de l'Asphodèle. ce double combat avait été riche en rebondissement. Chacun des deux aventuriers avait su se servir de ses ressources, l'un avec l'aide de l'alchimie, l'autre par la substitution. Les armes que Perséphone leur avait proposées n'étaient pas si ridicules que cela finalement, et avaient été plutôt bien utilisées. Mais quel dommage que la poupée je-sais-tout n'ait pas été conservée, elle leur aurait été très utile pour la prochaine épreuve. La déesse sourit en constatant que l'initiative de ces intrus était limitée. Ryuk, qui s'était momentanément absenté pour la mise en place de l'épreuve suivante, frappa à la porte de son bureau puis entra. Il portait au lèvres un sourire satisfait, indice pour la déesse de l'aboutissement de la préparation de l'étape. La troisième épreuve ne taquinerait pas les défenses physiques ou mentales, elle s'attaquerait à l'ingéniosité des poursuivants de l'épée. Ceux-ci allaient devoir s'allier pour franchir ou plutôt résoudre cette épreuve.

"Cette pâtisserie à l'air vraiment délicieuse, maîtresse."
"Mais c'est le moins que je puisse faire, Ryuk. Ils auront au moins une consolation gourmande."
répondit Perséphone.

Le démon et la déesse partirent d'un rire comploteur et malicieux. Car cette épreuve était la suivante: l'on avait disposé dans la salle de bal une immense pièce montée en chocolat (la déesse venait depuis peu de se mettre au régime et avait donc résérver ce délice sucré pour ses deux invités). Baltazar Gold et Elwin Sezni allaient devoir littéralement engloutir le gâteau car au centre de celui-ci, on avait disposé la clé menant à la pièce suivante, lieu de la prochaine épreuve. Perséphone prit un moment pour se remémorer les souvenirs la liant à cette salle de danse. C'était là que se déroulait chaque année la fête d'Halloween où chaque résident des Enfers se voyait revivre pour cette seule journée. Il était amusant de constater à quelle points les morts réstaient ancrés dans leur ancienne vie et commettaient les mêmes erreurs, année par année. Jésus insistait pour se faire crucifier de nouveau chaque année par exemple. Pour l'épreuve chocolatée, une table ainsi que deux chaises avaient été placées au centre de l'immense pièce à la structure d'argent pur. Au fond de la pièce, on distinguait une porte- celle qui menait à l'épreuve suivante. On avait guidé Monsieur Gold et Monsieur Sezni, au moyen de parcours fléché, dans le lieu de l'épreuve. Ils arrivèrent tous deux en mêm temps et se lancèrent d'emblée un regard suspicieux, chacun reconnaissant en l'autre son rival dans la quête de l'épée Durandill. Perséphone envoya Hadès expliquer aux deux aventuriers les règles de cette épreuve. Le chat divin leur apparut sur la table et entama son discours:

"Bienvenue à vous intrépides chercheurs d'épée, je suis Hadès: ancien dieu des Enfers, désormais conseiller de Perséphone. Vous avez particulièrement bien triomphé des deux précédentes épreuves, mais j'ai bien peur que celle-ci scelle votre sort à jamais. Croyez bien que j'en sois désolé. Vous avez devant vous ce gâteau, qu'il vous faudra manger jusqu'à la dernière miette car elle contient la clé indispensable au passage vers la prochaine épreuve. Mais prenez garde, car cette pâtisserie peut contenir des substances aux effets étranges....Je vous laisserais les découvrir par vous même. Sur ce, bonne appétit messieurs, car vous en aurez besoin!"


Que voilà un discours palpitant et prometteur! Mais Hadès n'avait pas tout dit, bien sûr. L'épreuve n'était pas aussi simple que semblait le suggérer sa présentation. Ce que les deux aventuriers ignoraient encore, c'est que les effets de ces substances étaient déjà déterminés: en ingérant une simple bouchée du gâteau, Baltazar Gold deviendrait sourd-muet et Elwin Sezni aveugle. Ce qui ne les aiderait bien sûr pas à surmonter la seconde partie de l'épreuve, qu'Hadès avait passée sous silence. Comment la coordination pouvait-elle être possible sans la communication? Une fois la clé libérée de son écrin chocolaté, le sol de la pièce sera sujette à de puissants tremblements, et grâce à un mécanisme ingénieux imaginé par le fidèle Ryuk, la pièce se refermerait sur elle-même, compressant et détruisant ses occupants. Il y avait un moment que la salle de bal n'avait pas été arrosée de sang, Perséphone avait hâte de voir cette vieille tradition remise au goût du jour. Comme pour la précédente épreuve, elle décida d'aider-dans une échelle très basse- les deux aventuriers. En plus de deux cuillères à café, elle fit apparaître sur la table, une réplique en étain de la légendaire épée de Durandill (on voyait distinctement écrit sur la tranche "Made in Hell"). Perséphone était chagrinée de ne pouvoir assister à cette mise à mort, mais elle comptait sur Ryuk pour lui en faire un récit détaillé. La déesse s'installa sur son divan en cuir et entama la lecture de son grimoire de magie noire, en attendant l'issue funeste de la troisième épreuve, qu'elle avait intitulée "Le Doux Chocolat".

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://iletaitunefolie.forumzarbi.com/forum.htm
Baltazard Gold
Rescapé de mon passé
avatar

Messages : 278
Date d'inscription : 18/12/2009
Age : 31
Localisation : Aux enfers

Feuille de personnage
Santé:
400/400  (400/400)
Inventaire:
Argent: 200 pièces d'or

MessageSujet: Re: Mission 1 : Durandill ( Perséphone- Baltazard-Elwin))   Mar 5 Jan - 23:16

Baltazard s'aperçut au bout d'un long moment a tourner en rond, qu'il était perdu. Alors, comme il savait que "l'aide" ne tardrait pas, il s'assit donc a meme le sol et commença a réfléchir a ce qu'il venait de traverser. Deux épreuves, ce n'était pas grand chose. Mais c'était bien assez pour tuer une personne normale deux fois de suite. Bien sur, Baltazard savait que ses compétences d'Avare lui seraient trés utiles, mais il savait aussi qu'ici, il fallait se fier a son instinct ou au petit truc branché dans un coin du cerveau qu'on apelle "Kit de Survie". Encore faut-il en avoir le mode d'emplois. Mais alors que L'avare était en train de réfléchir a des tas de choses, Il s'aperçut qu'une énorme et lumineuse fléche lui montrait une direction inconnue. Baltazard n'avait pas vu ce panneau avant, mais il valait mieux ne pas se poser de question en enfer, surtout si vous demandez avec quoi (ou qui) a été fait votre Hellburger. Il suivit immediatement l'indication, puis se retrouva devant un parcour fléché qui le conduisit, au bout d'un certain temps, dans un immense salle. L'avare commença d'abord par observer le lieu, car tout lieux possédent ces avantages et peuvent rapportés ou de l'argent, ou servir de planque, ou servir de prochain emplacement pour une usine. Mais cet endroit était vivement déconseillé pour ça. La salle ressemblait a une salle de bal comme on en voit dans n'importe quelle ville, mais plusieurs taches de sang séchés parsemer la piéce et elle avait un petit je-ne-sait-quoi de lugubre. Au centre, Un table avait été installer là, et dessus, le Gateau le plus majestueux que l'avare avait jamais vu. Il était si appétissant que Baltazard pensa a marchander avec Perséphone pour l'obtenir, mais une autre pensée lui vint.

*-Si ce Gâteau est là, c'est pour une bonne raison. Enfin, je veut dire une mauvaise raison. Perséphone va encore me surprendre, ce qui n'arrive pas tout les siécles..... Mhmmm, va falloir faire la poussiére dans cette salle de bal!*

En y regardant de plus prés, Baltazard vit que deux chaises avaient été disposé prés de la table. Donc, Perséphone attendait un autre aventurier en plus de Baltazard. L'avare eut un sourire sans joie. Le malheureux qui avait accepté de plein grés de suivre l'appel de l'épée en ne connaissant rien de la terrible machinerie dont est capable Perséphone devait vraiment étre un désespéré. Soudain, le regard de l'avare fut attirer par l'individu qui était entrer dans cette salle surement en méme temps que lui, mais il avait trop prêter attention a la décoration qu'a l'autre chercheur d'épée. L'homme était plutot bien habillé pour quelqu'un qui venait de traverser le pré des Asphodéles, mais il semblait cacher sa chemise avec sa veste sauf que l'avare avait des yeux de faucon. Il décela rapidement une petite surface rouge qui fut aussitot cacher par l'individu. Le sang ne l'avait pas épargner lui aussi. Cela rappela a Baltazard la fléche qu'il s'était enlevé plus tot, et il jeta un coup d'oeil a sa jambe ensanglantée qu'il ne cherchait même pas a cacher. Il reporta son attention sur son rival qui semblait être quelqu'un d'intégre, d'honnête, courageux, mais quelque chose en lui montrait un profond malheur. Baltazard stoppa ce minutieux travail de pro de l'observation quand le Chat de Perséphone, Hades en personne, se materialisa sur la table. L'avare connaissait Hades comme il connaissait Perséphone, et il savait que celui-ci devait surement porter un message de la part de sa Maitresse. Baltazard leva la main et lacha un sourire hyppocrite.

-Hey, Hades! Sa faisait longtemp!

-Bienvenue à vous intrépides chercheurs d'épée, je suis Hadès: ancien dieu des Enfers, désormais conseiller de Perséphone. Vous avez particulièrement bien triomphé des deux précédentes épreuves, mais j'ai bien peur que celle-ci scelle votre sort à jamais. Croyez bien que j'en sois désolé. Vous avez devant vous ce gâteau, qu'il vous faudra manger jusqu'à la dernière miette car elle contient la clé indispensable au passage vers la prochaine épreuve. Mais prenez garde, car cette pâtisserie peut contenir des substances aux effets étranges....Je vous laisserais les découvrir par vous même. Sur ce, bonne appétit messieurs, car vous en aurez besoin!

*-Interessant. Merci Hades. C'est gentil de nous encourager. Sale chat capricieux, je vais lui tordre la queue a ce plouc et je le ferait empaillé pour servir de décoration dans les W.C du Bordel des Nymphes Perverses!!!*


Juste aprés ce discour trés encourageant et l'ignorance compléte de Baltazard, Hades disparut. L'avare n'était pas surpris de la réaction du Dieu-chat. Egal a lui-meme. Baltazard se mit a réfléchir a cent a l'heure, évitant de prêter attention a L'autre aventurier et posant un doigt sur ses lunnettes, signe d'intense concentration. Il ne pouvait en aucun cas franchir cette épreuve tout seul. Car, il savait bien que Perséphone était imprévisible. Elle pouvait tout aussi bien avoir versé dans cet énorme gateau un poison qui réduirait a néant les deux hommes. Baltazard posa son regard sur les deux cuilliéres a café et l'épée en étain qui venait d'apparaitre sur la table. Encore une plaisanterie de Perséphone, vu l'inscription "Made in Hell" sur la tranche de l'épée. L'avare avait beau retourné la question dans tout les sens, il n'avait pas beaucoup de solution. En attendant, il pouvait toujours aider temporerement son rival et vice-versa. Résolu, Il sortit de sa totale reflexction puis se tourna vers l'autre pour lui serrer la main.


-Salutation, Je suis Baltazard Gold. Avare. Ne me demandez pas pourquoi je suis ici si vous ne voulez pas que je vous le demande a votre tour. Et je connais cette vieille Perséphone. Nous pouvons nous entraider pour sortir de ce traquenard - Pas de doute, c'est bien un Traquenard - mais je vous préviens, quand cette épreuve sera finit, Je serait alors contre vous. Durandill ne peut étre qu'a un seul gagnant, et ce sera moi!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elwin Sezni
Le Grand Méchant Loup
avatar

Messages : 102
Date d'inscription : 01/12/2009
Age : 24

Feuille de personnage
Santé:
400/400  (400/400)
Inventaire:
Argent: 1570 pièces

MessageSujet: Re: Mission 1 : Durandill ( Perséphone- Baltazard-Elwin))   Sam 9 Jan - 20:07

Sa petite marche ayant fini par estomper le mauvais goût du sang de sa bouche, Elwin continua de longer le fleuve, avant de finalement se rendre compte qu'il était bel et bien perdu. Il devait être sur ses gardes, au vu des récents événements survenus aux Enfers, mais le brouillard environnant lui rendait la tâche difficile, et il avait du mal à distinguer ce qui l'entourait. Toutefois, au milieu de cette brume, ses yeux remarquèrent une sorte de lumière, et ce n'est qu'un peu plus près qu'il distingua une forme de flèche lumineuse, qui semblait lui indiquer un chemin à prendre. Sans plus se poser de questions, le loup-garou suivi les différentes indications apparaissant au fur et à mesure de son déplacements. Ses pas finirent pas le guider tout droit dans une immense salle à l'architecture somptueuse et argentée. A la beauté des lieux s'y mélangeait tout de même une atmosphère pour le moins lugubre, d'autant plus qu'Elwin put constater quelques traces rougeâtres dans les recoins. Cette pièce ressemblait fort à une salle de bal où l'on organise de grandes réceptions, mais une sensation de mal-être emplissait les lieux qui ne donnaient guère l'envie d'entamer une valse. Après avoir scruté avec curiosité l'architecture, le jeune homme remarqua finalement le centre de la pièce, présentant une table sur laquelle était installé une apétissante pièce montée en chocolat. Cette patisserie donnait déjà l'eau à la bouche, un peu de réconfort après ces épreuves riches en émotions. Mais Elwin se doutait bien que la personne à l'origine de cette histoire ne l'avait pas amené jusqu'ici pour se remplir la panse gentiment. Par ailleurs, le loup-garou remarqua la présence d'une seconde personne, apparement occupée également à l'observation des lieux. Lorsqu'il se retourna vers lui, il pu mieux se rendre compte du personnage. C'était un homme grand et sans doute plus âgé que lui, au visage à l'expression nonchalante sur lequel reposait une paire de lunettes aux verres bleus et ronds. Il ne pouvait réellement décrire celui qui se tenait devant lui, toutefois il lui semblait voir quelqu'un de calme, et plutôt fier. Enfin, il ne pouvait jauger le caractère d'autruit d'un simple regard. Lorsque celui de l'autre aventurier se posa sur son buste, Elwin ne pu s'empêcher de mieux refermer sa veste, comme pour empêcher ces yeux de remarquer les tâches de sang sur sa chemise dont il n'était pas très fier. Les siens, quant à eux, ne ratèrent pas le blessure de l'autre homme à la jambe, prouvant que lui aussi avait du avoir affaire avec un invité surprise au bord du fleu Léthé. Ils furent soudainement alerté par l'apparition d'un autre personnage, un chat au pelage noir venu de nul part venait de prendre place sur la table, à côté du gateau. Après avoir ignoré la salutation de l'inconnu qui semblait le reconnaitre, l'animal entama un discours.

-Bienvenue à vous intrépides chercheurs d'épée, je suis Hadès: ancien dieu des Enfers, désormais conseiller de Perséphone. Vous avez particulièrement bien triomphé des deux précédentes épreuves, mais j'ai bien peur que celle-ci scelle votre sort à jamais. Croyez bien que j'en sois désolé. Vous avez devant vous ce gâteau, qu'il vous faudra manger jusqu'à la dernière miette car elle contient la clé indispensable au passage vers la prochaine épreuve. Mais prenez garde, car cette pâtisserie peut contenir des substances aux effets étranges.... Je vous laisserais les découvrir par vous même. Sur ce, bon appétit messieurs, car vous en aurez besoin !

Après ce petit message pour le moins encourageant, le chat noir disparu aussi instantanément, laissant-là les deux voyageurs qui avaient maintenant pris connaissance de la nature de l'épreuve. Les fameuses substances contenues dans le gateau dérangeaient un peu Elwin, toutefois il savait qu'ils allaient devoir le manger s'ils tenaient à y trouver la clé. Le loup-garou approcha la table, où se tenaient deux chaises et deux cuillères à café, peu adaptées par rapport à la taille de la pièce montée, ainsi qu'une réplique en étain de ce qui devait être l'épée Durandill. Contemplant une seconde fois la patisserie imposante, il entendit son voisin s'exprimer, tout en lui serrant la main.

-Salutation, Je suis Baltazard Gold. Avare. Ne me demandez pas pourquoi je suis ici si vous ne voulez pas que je vous le demande a votre tour. Et je connais cette vieille Perséphone. Nous pouvons nous entraider pour sortir de ce traquenard - Pas de doute, c'est bien un Traquenard - mais je vous préviens, quand cette épreuve sera finit, Je serait alors contre vous. Durandill ne peut étre qu'a un seul gagnant, et ce sera moi !

Elwin eût un petit sourire. Le dénommé Baltazard le consideré certainement pour un rival, seulement le jeune homme le voyait plutôt comme un allié dans la curieuse aventure dans laquelle ils s'étaient tout deux lancés. Au moins, il ne pouvait qu'admirer la confiance et la détermination dont faisait preuve son interlocuteur.

-Elwin Sezni, enchanté. Vous avez raison, nous ferions mieux de faire équipe pour venir à bout de cette épreuve... et surtout de ce gateau !

Il posa à nouveau les yeux vers la pièce montée. Plutôt gourmand, ce défi ne devait pas lui poser trop de problèmes, même s'il avouairait avoir du mal à le manger à lui tout seul sans un peu d'aide. En même temps que Baltazard, le lycan vint s'asseoir sur une chaise. Il saisit la cuillère à café qu'il dévisagea, décidément trop inapropriée vu la taille du gateau. Mais malgré tout, il afficha un grand sourire et, la faim se faisant sentir après toutes ces épreuves, tourna la tête vers son voisin.

-Eh bien, bon appétit !

Elwin commenca à prendre un morceau du gateau à l'aide de sa petite cuillère, sous l'oeil attentif de Baltazard qui semblait vouloir attendre de voir quels effets pourraient avoir la pâte sur le jeune homme. Ce dernier amena la cuillère à sa bouche et engloutit le morceau, qui avait un goût incroyablement délicieux. Contrastan largement avec le sang que sa bouche avait pu contenir, la douceur de cette patisserie et de son chocolat étaient un véritable délice. Le loup-garou envoya une seconde fois sa cuillère dans la pièce monté pour en reprendre un bout. Comme rassuré par l'absence de réactions néfastes, l'Avare s'attaqua également au gateau avec sa propre cuillère. Chacun piocha un morceau avec sa cuillère et à plusieurs reprises, encouragés par le goût et la gourmandise. Cependant, à force d'avaler la patisserie, Elwin s'arrêta un instant pour passer une main sur ses yeux fermés. Sa vue semblait se brouiller légèrement au fur et à mesure qu'il engloutissait les morceaux, alors le loup-garou mit cela sur le compte de la fatigue. Mais lorsqu'il rouvrit les paupières pour reprendre sa besogne, Elwin Sezni ne pu retenir une exclamation et lâcha sa cuillère sous la surprise. Il avait ouvert les yeux, et pourtant, il ne voyait guère mieux qu'au moment où il les avait gardé fermés. Clignant des yeux à plusieurs reprises, il se surprit à ne pas retrouver une vision normale. Inquiet par cette réaction, le jeune homme posa ses mains sur la table et déglutit difficilement, avant de partager son défaut à son voisin de table.

-B.. Baltazard... Je ne vois plus rien ! Je crois bien que les substances contenues dans ce gateau m'ont fait... perdre la vue. Baltazard ?

Elwin ne reçu aucune réponse de la part de son partenaire, ce qui renfonça davantage son inquiétude. Ne pouvant le voir, il essaya de lever une main à côté de lui pour se rendre compte de sa présence, croyant qu'il s'était levé ou avait tout simplement quitté la table.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Baltazard Gold
Rescapé de mon passé
avatar

Messages : 278
Date d'inscription : 18/12/2009
Age : 31
Localisation : Aux enfers

Feuille de personnage
Santé:
400/400  (400/400)
Inventaire:
Argent: 200 pièces d'or

MessageSujet: Re: Mission 1 : Durandill ( Perséphone- Baltazard-Elwin))   Dim 10 Jan - 18:50

Baltazard haussa un sourcil. Son compagnon s'appeler donc Elwin, le célébre Elwin? C'était surement lui, le loup-garou dont tout le monde parle et qui a monté une meute. L'avare se rappela donc de ne jamais sous-estimer un Loup-garou. Mais Elwin pensez-t-il vraiment que cela serait aussi facile? Facile, c'est un mot étranger aux oreilles de Perséphone. Elle préfère largement la signification du mot "impossible". Le loup-garou arbora un petit sourire puis posa ses yeux sur la Pièce montée. Il savait surement, tout comme Baltazard, que ce Gâteau ne pouvait contenir qu'une substance bien plus dangereuse que l'avait laissé entendre Hades. L'avare cherchait justement un moyen de trouver cette clé sans manger l’apetissant Gâteaux. Mais Elwin allait vraiment gouter au gâteau!!! Quel étrange personnage. L'avare ne put que suivre son exemple, et alla s'asseoir a cotés de Loup-garou devant la table ou était posé la pièce montée.

*-Ce n'est pas normal. Mais bon, au moins j’aurais gouté un excellent gâteau avant de mourir si ça tourne mal.....Mhmmm, je fais de l'humour en enfer maintenant.....*

Baltazard resta les bras croisés devant la table et fixant Elwin. Celui-ci prit une des cuillères a café, ridiculement petit par rapport a la pièce montée, et sourit une nouvelle fois. L'avare connaissait bien ce genre de personnes optimistes, et cela ne lui déplaisait pas d'avoir quelqu'un comme lui a ses cotés. Il remonta ses lunettes puis observa une dernière fois les environs de la salle de bal. Elwin s'adressa à lui avant de commencer a déguster.

-Eh bien, bon appétit !

-La politesse n'existe pas en enfer, encore moins quand ont s'aprétent a avaler un Gâteau surement piégé.


La remarque de Baltazard reflété parfaitement son inquiétude. Si le Gâteau était vraiment mortel, Elwin serait le premier a trinqué. D’ailleurs, le loup-garou prit une bouchée de la délicieuse Pièce montée. L'avare préféra attendre de voir la réaction des substances sur Elwin, ont n'étaient jamais trop prudent. Mais Elwin enfourna plusieurs bouchées sans que rien ne se passe. Baltazard baissa les yeux sur sa propre cuillère. Il eut un sourire sans joie, puis saisit le couvert et prit un morceau du Gâteau, mangeant avec délicatesse. C'était un vrai délice. Baltazard n'avait pas gouté de chocolat depuis presque un siècle, trop occupé dans ses affaires. Le goût lui rappela son enfance, et aussi sa faim. La faim vous ronge le ventre, vous obligeant a le remplir encore et toujours plus. C'est ainsi que L'avare se lança a l'assaut de la pièce montée avec cette fois une voracité presque palpable. Il put bientot voir que celle-ci avait diminué énormément, mais pas assez pour entrevoir la clé. L'avare regarda Elwin qui dévorait toujours la pâtisserie et voulut lui faire part de leur prodigieuse avancée. Mais aucun son ne sortit de sa bouche. Il remuait les lèvres, et pourtant sa voix ne voulait pas se faire entendre. Baltazard s'était souvent fait passé pour un muet, mais jamais il en était devenu un. Pris de panique, il faillit se lever quand sa raison l'obligea a se rasseoir.

*-J'ai de l'expérience dans le langage des signes, donc ce ne serait pas difficile de communiquer avec Elwin. A moins que....*

Prit de doutes, Baltazard se tourna vers elwin. Celui-ci fixait le gâteau avec des yeux vides. Il se tourna vers lui, et ses lévres remuérent. Mais Baltazard n'entendit rien. Le loup-garou semblait étre devenu aveugle, et tatonner a la recherche de l'avare qui lui attrapa une main.

*-Il ne peut pas me voir, il ne peut pas m'entendre, je ne peut pas l'entendre.... Perséphone est diaboliquement géniale. Mais je ne croit pas qu'elle va s'arreter là.... Il faut que je trouve un moyen de communiquer avec elwin...*

Les yeux de Baltazard se posérent sur la Piéce Montée. Une idée de génie traversa l'esprit de L'avare. Il s'empara d'une cuillére a café mais avant qu'il n'est eu le temps de mettre son projet a execution, la salle trembla. C'était étrange, car les murs commençérent a se rapprocher dangereusement. Paniqué, Baltazard se dépécha d'écrire dans les restes de Gâteau cette phrase "Elwin, je suis sourd et muet". Puis il prit la main du loup-garou et lui fit parcourir les contours des lettres en espérant qu'il ai un bon sens du toucher. Ensuite, l'avare écrit une seconde phrase et la fit parcourir a Elwin de la méme façon: "Les murs se rapprochent et vont nous écraser dans une dizaine de minutes, il faut finir le Gâteau le plus vite possible,tu a une idée?". L'avare avait ça petite idée sur comment empécher les murs de les écraser quelques minutes de plus mais cela ne servirait a rien sans un plan de secour. Il se leva, l'air songeur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elwin Sezni
Le Grand Méchant Loup
avatar

Messages : 102
Date d'inscription : 01/12/2009
Age : 24

Feuille de personnage
Santé:
400/400  (400/400)
Inventaire:
Argent: 1570 pièces

MessageSujet: Re: Mission 1 : Durandill ( Perséphone- Baltazard-Elwin))   Lun 11 Jan - 21:35

Elwin chercha à tâton la présence de l'Avare, et sentit une main se saisir de la sienne, ce à quoi il poussa un soupir de soulagement. Sachant qu'il ne pouvait plus faire confiance qu'à ses autres sens pour se repérer, le jeune homme essaya de se focaliser sur les bruits qu'il pouvait entendre dans la salle de bal, telle que la respiration de Baltazard. Celle-ci s'accélera soudainement, en même temps qu'il ressentit autour de lui des secouses, tel un tremblement de terre. Il entendit ensuite que l'on grattait quelque chose, comme si l'on cherchait à écrire sur une surface pour le moins inadaptée à ce travail. Le loup-garou laissa son voisin guider sa main pour la passer à la surface de la pièce montée. En dehors de la texture et le chocolat de ce gateau, Elwin se rendit compte que Baltazard avait écrit quelque chose sur la patisserie et, à son toucher plus sensibilisé, comprit qu'il n'était pas seul à avoir subi les conséquences de ce gateau maudit. Il pu clairement "lire" que l'Avare était devenu sourd et muet, deux incapacités pour le moins difficiles et très inadaptées pour la communication avec une personne non-voyante. Sa main se déplaça à nouveau pour lire une seconde phrase, racontant cette fois que les murs de la pièce se rapprochaient, ils avaient au bas mot une dizaine de minutes pour sortir d'ici avant que le piège ne se referme sur eux et les écrabouiller comme de vulgaires insectes. Le loup-garou chercha une solution pour s'en sortir. Se rapelant nettement de la superficie de la salle, et voyant à peu près la part de gateau importante qu'il restait, ils ne pouvaient se permettre de continuer à manger. D'autant plus que leur fuite en serait pour le moins pénalisée, avec l'estomac aussi rempli. S'il fallait se dépêcher, Elwin pourrait toujours se transformer en loup-garou, sa vitesse de déplacement en serait considérablement augmentée, et n'aurait aucun mal à transporter Baltazard jusqu'à la porte de sortie à condition que celui-ci le guide dans sa course. Ayant toujours sur lui de quoi dessiner ou écrire, le jeune homme récupera sa main pour fouiller sa ceinture, trouvant son carnet et le stylo dans sa poche. S'appuyant sur la table, il se mit rapidement à écrire comme il le pouvait, en faisant attention à ne pas déborder sur la table lorsqu'il devait revenir à la ligne à chaque fin de phrase.

"Attaques le gateau pendant que j'écris. Nous n'avons plus le temps de le manger à coup de petite cuillère ! Guide-moi s'il faut que je t'aide à gratter la pâte pour ainsi trouver la clé. Dès que tu l'auras, tapes dans tes mains pour me le signaler. Si tu arrives à me guider une seconde fois, je peux me transformer en loup-garou et te porter sur mon dos pour t'enmener jusqu'à la porte, nous serons plus rapides si jamais le temps venait à nous manquer"

Le loup-garou laissa retomber son stylo et tendit les mains devant lui pour se faire guider par l'Avare, ce dernier prenant ses poignets pour déposer ses mains sur une partie de la pièce montée dont il retira les morceaux par poignées, comme un chien en train de creuser la terre dans le but de cacher son trésor. Baltazard semblait avoir abandonné sa besogne similaire pour replacer à plusieurs reprises les mains d'Elwin sur le gateau, qu'il creusait à plus grande vitesse. Ce dernier était par ailleurs bien navré de devoir attaquer la patisserie de cette façon, qu'il aurait préferé engloutir tranquillement au lieu de le gâcher pour retrouver cette fameuse clé. Le temps que le jeune homme avait mis pour tout écrire leur avait fait perdre du temps, car il lui était difficile de visualiser son écriture et faire également attention à ne pas tout écrire sur la même ligne, rendant ainsi le texte incompréhensible. Il espérait seulement que le message était passé, en particulier lorsqu'il s'agirait de quitter la salle de bal au plus vite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Baltazard Gold
Rescapé de mon passé
avatar

Messages : 278
Date d'inscription : 18/12/2009
Age : 31
Localisation : Aux enfers

Feuille de personnage
Santé:
400/400  (400/400)
Inventaire:
Argent: 200 pièces d'or

MessageSujet: Re: Mission 1 : Durandill ( Perséphone- Baltazard-Elwin))   Mer 13 Jan - 10:50

Baltazard remonta ses lunnettes et observa une nouvelle fois la salle et le Gâteau. Il était impossible de s'en sortir si cela continuait. Il vit Elwin qui fouillait dans ses affaires a l'aveuglette. Avait-il trouvé un moyen de s'en sortir??? le loup-garou prit un stylo et un carnet puis essaya tant bien que mal d'écrire un message, surement pour communiquer avec l'avare. Il se rapprocha donc, et pria de tout coeur que l'écriture d'elwin soit visible, même en mode "aveugle". L'écriture prit plus de temps que prévu et Baltazard prit l'épée d'étain pour s'en servir au cas ou il en aurait besoin. Quand Elwin eut finit, Il se pencha par-dessus son épaule pour lire. Bien que l'écriture soit trés difficile a comprendre, Baltazard saisit l'idée générale d'Elwin. Donc, le loup-garou souhaiter fouiller le gâteau pour retrouver la clé et ensuite fonçer sur son dos vers la porte. Un bon plan, digne d'une personne comme Elwin. L'avare commença donc a s'attaquer au gâteau avec l'épée en étain, vu que c'était plus pratique avec. Puis, au bout d'un moment, il aida Elwin a creuser la piéce montée en le guidant. Le silence pesant rendait nerveux Baltazard qui detestait le silence oppressant. Aprés plusieurs minutes de fouilles, la piéce montée était une sorte de marmelade de chocolat. Quel gachis. Et les murs se rapprochait toujours plus, manquant d'écrabouiller les deux chercheurs d'épées. Soudain, L'avare sentit un morceau dur entre ses mains. Il le retira immediatement, extirpant une grosse clé a l'ancienne, plutot petite comparé au gâteau et donc trés difficile a retrouver mais heureusement, la chance était avec l'avare. Il aplaudit son propre exploit, prévenant ainsi Elwin de sa trouvaille. Mais les murs étaient beaucoup trop prés. Le loup-garou se leva a grande vitesse et se metamorphosa. Baltazard n'eut pas le temps d'observer cette transformation en détail, il avait d'autres choses a faire comme sauver sa peau par exemple. L'avare sauta sur le dos du Loup-garou en tenant la clé dans sa main droite et l'épée dans sa main gauche, ses jambes bien accrocher a Elwin. Baltazard tourna la téte de son compagnon en direction de la porte, et celui-ci compris. Il fonça vers le chemin indiquait par L'avare. Mais bien qu'ils soit rapident, les murs les écraseraient quand même. Usant de son dernier atout et de ses talents de lanceur de boomerang, Baltazard balança l'épée en étain entre les deux murs qui allaient bloquer la sortie. Comme prévu, la réplique de durandill resta coincé, bloquant pendant quelques minutes le mécanisme. L'avare soupira de soulagement et baissa brusquement la téte d'Elwin et s'applatit sur le dos de celui-ci pour ne pas se prendre l'épée en pleine téte. C'est ainsi qu'ils arrivérent devant la porte et que l'avare l'ouvrit rapidement. Quand la serrure eut un déclic rassurant, ils s'engouffrérent sans tarder dans l'ouverture et s'éffondrérent dans la piéce suivante.

-*Saleté d'épreuve.... C'était moi une. Heuresement qu'Elwin était là, sans lui j'aurait finit en paté pour Hades....*

Baltazard reprit son souffle, puis entendit a coté de lui la forte respiration d'Elwin. Il entendit!!!!! Il n'était donc plus sourd. Et il pouvait surement parler de nouveau. Se retournant vers son compagnon, il lui serra la main pour le remercier.

-Merci, vous avez été sensationel. J'espére ne pas avoir a vous affronter sérieusement pour Durandill, cela serait vraiment une perte de temps. Dommage, cette piéce montée était si bonne....

Un petit sourire apparut sur le visage de l'avare. Il esperer vraiment ne pas avoir a affronter une épreuve plus dure, ou Elwin lui-méme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elwin Sezni
Le Grand Méchant Loup
avatar

Messages : 102
Date d'inscription : 01/12/2009
Age : 24

Feuille de personnage
Santé:
400/400  (400/400)
Inventaire:
Argent: 1570 pièces

MessageSujet: Re: Mission 1 : Durandill ( Perséphone- Baltazard-Elwin))   Mer 13 Jan - 19:43

A force de recherches intensives dans la patisserie et le chocolat, Elwin finit par entendre son voisin taper dans ses mains, signal prouvant qu'il venait enfin de trouver la clé. Sans perdre une seconde, le jeune homme retira ses mains de la pièce montée pour se concentrer. Déjà paniqué par son handicap et le fait d'entendre et de savoir qu'autour de lui les murs se rapprochaient peu à peu pour les écraser, il ne fallut pas longtemps à Elwin pour se transformer une nouvelle fois. Généralement, le fait de se métamorphoser suite à une trop grande colère ou angoisse le dérangeait énormément, étant d'un naturel émotif, et cela avait pour effet de lui attirer quelques ennuis ainsi qu'à ceux qui l'entouraient. Heureusement ici, ce sentiment de crainte mélangé au désir de sauver sa peau suffirent à enclencher sa transformation, tout en gardant un minimum de contrôle sur l'animal qu'il devenait. C'est en tout cas ce qu'il se passait lorsqu'Elwin déclenchait sa mutation. Il n'y avait que les soirs de pleine lune que sa forme de loup-garou se dévoilait sans qu'il ne puisse s'y opposer, s'engageait alors une nuit sanglante de crimes causés par la bête, plus puissante que d'ordinaire, et que le jeune homme regrettait amèrement au matin. Une fois son corps muté par l'ossature animalière, le museau allongé à l'identique de celui d'un loup, et qu'enfin le pelage brun argenté eût fini de recouvrir chaque recoin de sa peau, il s'abaissa pour permettre à Baltazard de grimper sur son dos. Elwin sentit les mains de ce dernier à côté de ses oreilles, qui le tournèrent dans une direction bien précise, vers laquelle il s'élança à toute allure à quatre pattes pour plus de vitesse, tandis que l'Avare se cramponnait à sa monture. A un moment, il perçu le sifflement d'une lame qui semblait fendre l'air en tournoyant, un peu comme un boomerang, mais il ne s'en soucia pas et continua de courir. L'objet, sans doute envoyé par Baltazard, termina sa course en se calant quelque part, d'après le bruit de l'épée. Son partenaire força ensuite sur le sommet de son crâne comme pour l'obliger à baisser la tête, ce qu'il fit sans broncher, tandis que ce premier s'applatissait davantage sur le dos du loup-garou. Baltazard fit stopper sa monture, dont il descendit, certainement pour mettre la clé dans la serrure et ouvrir la porte.

Chose faite, le déclic de la serrure fut le départ qui propulsa les deux aventuriers à l'intérieur de la prochaine pièce. Elwin, rassuré d'avoir échappé à une mort certaine une fois de plus, se força à inverser sa transformation, dont le procédé se révélait plus rapide que pour ce qui était de devenir un loup-garou. Revenu sous sa forme humaine, le jeune homme pu reprendre son souffle, ressentant à présent toute la fatigue engeandrée par cette course folle. Et comme un bonheur n'arrive jamais seul, Elwin distingua peu à peu ce qui l'entourait, jusqu'à retrouver complètement la vue. Il eût un grand sourire à l'idée d'être enfin débarasser de cette infirmité, et ne fut pas le seul à avoir retrouver pleinement ses sens, car l'Avare vint lui serrer la main en s'exprimant.

-Merci, vous avez été sensationel. J'espére ne pas avoir a vous affronter sérieusement pour Durandill, cela serait vraiment une perte de temps. Dommage, cette piéce montée était si bonne....

Le jeune homme ria de bon coeur à l'inquietude de Baltazard qu'il prit pour un agréable compliment, content de remarquer un sourire se dessiner chez son interlocuteur, et repensa à son tour à la pièce montée.

-Merci à vous aussi, votre idée pour nous permettre de communiquer était brillante ! En tout cas, si j'ai l'occasion de quitter cet endroit, j'irais m'engloutir tout un gateau au chocolat... Un vrai, qui ne soit pas un piège des Enfers, bien entendu !

Elwin se tourna ensuite pour distinguer ce qui pouvait se trouver dans la pièce où ils venaient d'attérir, redoutant déjà la prochaine épreuve que leur avait préparé cette fameuse déesse Perséphone. Tout ce qu'il espérait, c'était d'éviter de devoir se transformer en loup-garou à nouveau. Ces métamorphoses forcées et répétées le fatiguaient un peu plus à chaque reprise, même s'il ne le montrait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Perséphone
Reine des damnés
Reine des damnés
avatar

Messages : 702
Date d'inscription : 29/11/2009
Localisation : 666 rue du Styx

Feuille de personnage
Santé:
400/400  (400/400)
Inventaire:
Argent: 575 prières

MessageSujet: Re: Mission 1 : Durandill ( Perséphone- Baltazard-Elwin))   Dim 17 Jan - 0:07

Perséphone écouta avec une grande attention le récit de Ryuk. Les deux aventuriers avaient réussi et même survécu à l'épreuve du gâteau. Cela était impressionnant; mais ils n'avaient pas terminé la pâtisserie, et en seraient donc punis. Aux Enfers comme ailleurs (mais surtout aux Enfers!), on doit observer les règles à la lettre. Elwin Sezni et Baltazard Gold étaient néanmoins épuisés et blessés: ils ne tiendraient pas longtemps comme ça. Mais Perséphone adorait faire durer le plaisir et le danger; c'est pourquoi elle fit apparaitre aux pieds des deux aventuriers des potions de guérison. Oseraient-ils y toucher, sachant que c'était la déesse qui la leur envoyait? Tant pis pour eux sinon! Perséphone se leva de son divan et partit chercher la pièce maitresse de la prochaine épreuve. Cela faisait plusieurs millénaire qu'elle était enfermée dans la ménagerie infernale, n'attendant qu'un mot de sa reine pour aller semer la mort. La déesse parcourut de longs couloirs étroits et lugubres avant d'arriver devant la cage de la Chimère qui lança un cri de joie en l'apercevant. Perséphone lui sourit et lui susurra:

-Du calme ma douce...Je vais te laisser sortir, j'ai un travail important pour toi...

La déesse caressa la tête fauve de sa créature mythique et la mena jusqu'à Ryuk, chargé de la mettre en place pour la quatrième épreuve. La Chimère était l'une des créatures les plus puissantes de Terralunae, les aventuriers avaient bien de la chance d'être à deux pour l'affronter. Heureusement, ils ne faisaient pas le poids face à elle. La déesse décida d'envoyer une nouvelle fois une aide presque inutile à l'Avare et au Grand Méchant Loup. Elle leur expédia en un clin d'oeil un bouclier en acier (pour deux) et une lance en pierre. Ces deux armes leur seraient plus encombrantes qu'efficaces. La quatrième épreuve ne consistait pas seulement à vaincre la Chimère; les aventuriers devraient également délivrer les deux personnes qu'on leur avait dérobées. Perséphone avait choisis d'enlever les êtres que Elwin et Baltazard aimaient le plus sans le vouloir: Lisette Heartless et Thésie Gold. Elles avaient toutes deux été suspendues inconscientes au dessus d'un chaudron plein d'argent en fusion. Les chaines qui les soutenaient descendraient vers l'instrument de leur mort petit à petit. Selon Scrooge, le comptable et mathématicien des Enfers, ils restait aux aventuriers moins de deux heures avant que celles-ci ne périssent. La quatrième épreuve serait donc une épreuve de rapidité et de force. La Chimère et les deux prisonnières attendaient dans la salle des trophées Baltazard Gold et Elwin Sezni qui se rapprochaient. Perséphone se servit une tasse de thé au poivre et attendit patiemment l'issue de l'épreuve....





Chimère:
200 points technique
400 points de vie

Force 75
Dextérité : 30
Capacité magique 20
Esprit : 75

Sorts : Feu abyssal
Chaînon manquant (fait apparaître pendant quelques secondes des chaînes barbelées)
Cri bestial ( rend sourd pendant quelques minutes)

_________________


Dernière édition par Perséphone le Mer 20 Jan - 22:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://iletaitunefolie.forumzarbi.com/forum.htm
Baltazard Gold
Rescapé de mon passé
avatar

Messages : 278
Date d'inscription : 18/12/2009
Age : 31
Localisation : Aux enfers

Feuille de personnage
Santé:
400/400  (400/400)
Inventaire:
Argent: 200 pièces d'or

MessageSujet: Re: Mission 1 : Durandill ( Perséphone- Baltazard-Elwin))   Mer 20 Jan - 16:27

Baltazard eut un sourire quand Elwin lui retourna son compliment tout en plaisantant. L'avare avait trouvé un bon allié, quoique il était un peu inquiet si il devrait affronter Elwin. Celui-ci avait bien des atouts mais semblait aussi fatigué que lui. Les deux compagnons se relevérent et inspéctérent la piéce qui était en fait un anti-chambre. Anti-chambre avant quoi?? Baltazard redoutait ce qu'avait inventé sa gardienne pour la suite. Ils franchirent la porte de l'anti-chambre et débouchérent dans un couloir menant a une autre piéce. Le long du petit trajet, Baltazard et Elwin se racontérent leurs mésaventures respectives depuis leurs entrées aux enfers. L'avare fut surpris d'apprendre qu'il avait subit les mêmes épreuves a un détail prés: Lui il avait eu un Cannibale japonais a abbatre Soudain, alors qu'ils allaient débouché dans la salle, deux potions. Au premier coup d'oeil, l'avare sut que c'était des potions de Guérisons. Perséphone leur tendait telle encore un piége? Qui ne tente rien n'a rien. Baltazard but une infime gorgée du liquide ce qui effaca une partie de sa fatigue. Il garda le reste au cas ou il aurait besoin de la modifier quelque peu pour s'en servir au cours des épreuves suivantes. Tout a coup, un énorme rugissement fit trembler le sol. Baltazard sursauta. Une béte? Perséphone voulait leur envoyer Cerbére? L'avare espérait que ce ne soit pas le cas. Alors qu'il s'interroger encore, un message mental lui parvint.

*-Balt, Tire-au-flanc de mes deux, tu m'entend? C'est le vieux Scrooge, ton pauvre mentor qui te cause. Je vient juste de déserter les enfers ou je faisait office de Mathématicien pour la Pseudo-Reine infernale. Ouvre bien tes oreilles d'âne: Tu a deux heures pas plus pour sauver ce qui doit l'être, Vise bien et brise les chaînes, ne combat la bête que par la bête et n'hésite pas a te servir de ton Sou. Survit ou je te retire de mon testament, mon gaillard.*


Il ne jeta même pas un regard a Elwin et pénétra dans la salle, restant sans voix devant le spectacle qui s'offrait a lui. Un énorme chaudron remplis d'argents en fusion était installer au centre de la piéce. Suspendu au-dessus du contenu mortel et attacher par des chaînes, Il y avait sa propre soeur et...... Lisette. Celle avec qui Perséphone avait eu un compte a régler (Cf Elatrolith). Mais c'était la présence de sa soeur qui chavira ses pensées. Théséda ne devait pas mourir. Pas sa soeur. Elle menaçait l'équilibre mais ce n'était pas une raison pour la tuer. Théséda était sa soeur. Sa soeur. Celle qui avait partager une partie de son existence. Celle a qui il enviait la joie de vivre. Elle devait survivre. Baltazard voulait encore la voir se moquer de lui, l'entendre rire, l'entendre défendre sa cause absurde. L'avare serra les points tandis que Elwin faisait lui aussi la découverte des deux victimes. Ils devaient les sauvés. Mais, si lisette était lâ, c'était qu'elwin avait un lien avec elle??? Baltazard n'avait pas le temps de le lui demander. Il se tourna vers lui, les yeux remplis de détermination.

-Elwin! La jeune femme au cheveux blonds, c'est ma soeur. Il faut les sauver, elle et lisette avant....

Un terrible rugissement, le même que celui qui avait secoué le sol auparavant retentit. Levant les yeux, L'avare baissa légérement ses lunettes tellement il n'en revenait pas. Un énorme monstre était perché sur le haut d'un lustre. C'était un monstre croisé chévre-Aigle-Lion et avec une queue de serpent. Il rugit encore, devant ses deux proies suculantes. Baltazard lacha un soupir fataliste alors que non loin des deux aventuriers apparaissait un bouclier et un lance-pierre. Les piéces du puzzle se remirent en place dans le cerveau de l'avare. Le message de Scrooge devint plus clair. La béte se prépara a fondre sur les deux imbéciles qui restait a découvert. Baltazard resta debout les mains dans les poches, tripotant son sou Fétiche. Il ne devait pas affronter la béte. Pas maintenant. L'avare courut vers le lance-pierre et l'attrapa. Cela allait être compliqué comme plan mais c'était faisable. Impossible d'un point de vue humain mais les avares étaient des gens trés optimistes..... Prêt a faire face, Baltazard serra les dents.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elwin Sezni
Le Grand Méchant Loup
avatar

Messages : 102
Date d'inscription : 01/12/2009
Age : 24

Feuille de personnage
Santé:
400/400  (400/400)
Inventaire:
Argent: 1570 pièces

MessageSujet: Re: Mission 1 : Durandill ( Perséphone- Baltazard-Elwin))   Mer 20 Jan - 21:04

Les deux aventuriers traversèrent la pièce dans laquelle ils avaient attéri en direction de l'autre porte, débouchant sur un long couloir. Ils profitèrent de cette petite tranquilité pour se raconter les événements survenus à chacun depuis leur arrivée aux Enfers, et Elwin constata que l'Avare avait eu droit aux mêmes épreuves, mise à part qu'il avait eu à affronter le grand Khan lors de l'épreuve du fleuve Lonté. Le jeune homme admira la réussite de Baltazard face à un tel adversaire, tandis qu'ils se dirigeaient vers une nouvelle sortie. Mais il apparû à leurs pieds deux potions, de la même façon qu'ils avaient reçu les divers objets envoyés par Perséphone pour les "aider" à traverser les épreuves infernales. Baltazard ramassa la sienne pour l'analyser longuement, le loup-garou fit de même et laissa son allié exprimer sa conclusion concernant la nature du liquide contenu à l'intérieur des fioles. Voyant l'Avare boire une première gorgée sans effets nocifs apparents, Elwin se permit également de faire couler le liquide dans sa bouche, et ressentit immédiatement les forces lui revenir. Epuisé par ses transformations répétées, le lycan bu une gorgée supplémentaire avant de ranger l'exilir, afin de mieux se rétablir au cas où il aurait à retrouver sa forme animale une fois de plus. Alors que le duo s'apprêtait à reprendre la marche, le sol se mit soudainement à trembler durant quelques secondes, avec un long rugissement de fauve. Le son fut si bruyant qu'Elwin dû se boucher les oreilles, son ouie sensible n'appréciant guère ce grondement. Il reprit rapidement la route en voyant Baltazard qui entrait déjà dans la pièce suivante sans l'avertir, faisant alors face à une scène pour le moins inquietante. Un grand chaudron se tenait dressé au milieu de la salle, bouillonant de liquide argenté, et le pire se révélait être juste au dessus de la marmite. Deux jeunes femmes étaient retenues par des chaines et se trouvaient suspendues au dessus de la soupe d'argent, la première étant une blonde qu'Elwin ne connaissait pas, ses yeux bleus s'étant déjà focalisé sur la seconde silhouette. Son coeur ne fit qu'un bond en la reconnaissant instantanément : Lisette. Le loup-garou ne l'avait pas vu depuis bien longtemps et, malgré les erreurs du passé, ne pourrait se faire à l'idée qu'elle vienne à servir d'ingrédient dans l'étrange chaudron. Que faisait-elle ici ? Certes Elwin lui en voulait, bien qu'à vrai dire il culpabilisait plus du meurtre de la grand-mère qu'il ne rejetait la faute sur sa petite-fille, mais accepta difficilement la vision qui s'offrait à lui. Envahi à la fois d'un sentiment d'angoisse pour la vie de Lisette et de colère à la voir ainsi prise au piège, le loup-garou sentait déjà les premiers effets de la lycanthropie s'effectuer sur lui, commençant par les dents qu'il sentait se transformer en crocs au fur et à mesure qu'il dévisageait les chaines et la marmite. Ce fut Baltazard qui détourna son intention, lui aussi inquiet au sujet de la seconde jeune femme suspendue.

-Elwin! La jeune femme aux cheveux blonds, c'est ma soeur. Il faut les sauver, elle et Lisette avant....

Elwin Sezni eût à peine le temps de s'étonner en constatant que l'Avare connaissait le nom de Lisette que le rugissement raisonna à nouveau, faisant trembler les lieux. Le jeune homme remit les mains sur ses oreilles en serrant les dents, cherchant des yeux la provenance d'un tel bruit qui semblait bien plus près que précédemment. C'est avec stupeur que son regard croisa celui d'une terrifiante créature, tenue au sommet d'un lustre, croisant les parties corporelles de plusieurs animaux à elle seule. Le monstre émit un second grondement à la vue des deux aventuriers, ces derniers remarquant du même coup l'apparition d'un unique bouclier en acier ainsi qu'un petit lance-pierre. Elwin secoua la tête à la vue de ces objets, encore une moquerie de la part de Perséphone. Alors que la chimère se préparait à descendre de son nid pour foncer sur ses proies, le lycan vit Baltazard courir en direction des objets envoyés par la déesse des Enfers, saisissant le lance-pierre avec lequel il s'arma. Que voulait-il faire avec cela, affronter la créature ? Le loup-garou ne comprit pas où l'Avare voulait en venir, et ne pu cogiter plus longtemps en voyant la bête, attirée par ces déplacements, s'apprêter à fondre en direction de celui qui venait de bouger. Alerté par la future attaque, Elwin se mit à courir à son tour vers Baltazard et se jeta sur lui pour le propulser au sol. Ils attérirent lourdement à terre, tandis que le jeune homme sentait derrière lui une bourrasque suite au passage de la chimère qui venait de rater sa proie. Son allié se relevait déjà, et fixa avec intensité les chaines qui retenaient les victimes au dessus du chaudron. Elwin Sezni sentait les crocs lui pousser de façon douloureuse, signifiant pour lui que la transformation était inévitable, et serait donc plus bestiale. Ces flots de peur et de colère mélangés engeandraient peu à peu sa métamorphose, et le jeune homme se courba à la sensation. Il s'exprima donc fortement, tandis que ses mains appuyées sur le sol faisaient apparaitre des griffes.

-Je crois comprendre ce que tu as en tête, Baltazard, mais cette chimère ne te laissera certainement pas faire ! Ecoute, j'aurais un peu de mal à me contrôler, mais je vais essayer de la fatiguer afin de nous laisser le champ libre...

Baltazard évita de s'attarder sur l'état du lycan et se dirigea lentement vers le chaudron sans se retourner, afin de surveiller le monstre et éviter que celui-ci ne le prenne une seconde fois pour cible. Pendant ce temps, Elwin continua de prendre l'apparence d'un loup-garou, un pelage brun sombre ayant déjà recouvert sa peau. Son corps prenait une forme plus animale et ses membres s'allongeaient, ces changements lui faisaient bien plus mal qu'à l'ordinaire, lui arrachant de temps à autres des exclamations plaintives. Sa machoire se changeait en un museau, ses dents en des crocs acérés. Enfin, ses oreilles devinrent longues et pointues, de mêmes pour ses griffes, puis une queue de loup touffue apparu. Son apparence était plus bestiale que la forme qu'il obtenait d'ordinaire lorsqu'il forçait sa transformation. L'avantage était qu'après tout, il aurait bien besoin de cette sauvagerie s'il tenait à faire face à la chimère. Cette dernière semblait déjà plus intéressée à la vue du loup-garou, laissant ainsi à l'Avare le loisir de retourner près du chaudron. Elwin se mit en position défensive, se préparant à toute éventuelle attaque pouvant être portée sur l'un des deux aventuriers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Perséphone
Reine des damnés
Reine des damnés
avatar

Messages : 702
Date d'inscription : 29/11/2009
Localisation : 666 rue du Styx

Feuille de personnage
Santé:
400/400  (400/400)
Inventaire:
Argent: 575 prières

MessageSujet: Re: Mission 1 : Durandill ( Perséphone- Baltazard-Elwin))   Dim 24 Jan - 22:03




Chimère:
200 points technique
400 points de vie

Force :75
Dextérité : 30
Capacité magique :20
Esprit : 75

Sorts : Feu abyssal
Chaînon manquant (fait apparaître pendant quelques secondes des chaînes barbelées)
Cri bestial ( rend sourd pendant quelques minutes)


La Chimère se tenait sur ses pattes arrière dans une attitude passive de supériorité. ses grands yeux jaunes fixaient les deux aventuriers qui lui jetaient des regards craintifs. Elle lança alors un long rugissement qui fit frémir les murs de la salle et semblait se répercuter en échos plaintifs dans les salles attenantes. La Chimère descendit de son piédestal et s'avança vers l'Avare et le loup-garou. Le premier s'était muni d'une arme archaïque; elle concentra donc son attention sur lui et se prépara à l'attaquer. Mais le lycan s'interposa entre eux et propulsa l'intrépide hors de la trajectoire de la bête. La Chimère, surprise et désappointée, grogna avec rage. Elwin Sezni entama sa phase de métamorphose sous le regard indifférent du monstre hybride. Elle fixait intensément les deux aventuriers avant de lancer son attaque de Chaînon Manquant, ce qui provoqua l'apparition d'un cercle de fil barbelé autour des deux humains. Ils étaient bloqués et ne pouvait sortir du cercle sans se blesser. La Chimère profita de leur paralysie momentanée pour cracher un long et puissant jet de Feu Abyssal.
La Chimère entendit alors une voix cristalline dans son crâne qui lui murmurait:

-Bien joué ma belle.....Fais les souffrir puis achève-les!!

Après la bénédiction de sa maîtresse, la bête lança un long rugissement de plaisir, prête à infliger de nouvelles souffrances aux deux fragiles humains qui se débattaient sous ses yeux de fauve hybride.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://iletaitunefolie.forumzarbi.com/forum.htm
Baltazard Gold
Rescapé de mon passé
avatar

Messages : 278
Date d'inscription : 18/12/2009
Age : 31
Localisation : Aux enfers

Feuille de personnage
Santé:
400/400  (400/400)
Inventaire:
Argent: 200 pièces d'or

MessageSujet: Re: Mission 1 : Durandill ( Perséphone- Baltazard-Elwin))   Sam 30 Jan - 14:30

Baltazard sentit soudain une brusque poussée dans son dos et il fut projeter a terre. Les griffes du monstre lui frolérent le crâne, et l'avare sut qu'Elwin lui avait une fois de plus sauver la mise. Il aurait du faire plus attention dans ses déplacements. Baltazard se releva rapidement. Ils n'avaient pas de temps a perdre. Dans moins de deux heures, Les deux captives périraient dans le chaudron remplis d'argent en fusion. Il serra le lance-pierre dans ses mains, fixant les chaînes qui retenait sa soeur et lisette. Les calculs se succédérent dans sa tête. Il ne devait pas rater son coup. Si il visait mal, il n'aurait pas le loisir de recommencer une deuxiéme fois. L'avare espera que Elwin avait compris ou il voulait en venir, parce que sans lui le plan ne servirait a rien. Justemment, Baltazard entendit dérriére lui le bruit carastéristique de sa transformation en loup-garou. Le pauvre devait être épuisé a force de se transformer. Mais Baltazard ne lui jeta pas un regard. Seul importait les données qu'il enregistré a vitesse grand V.

-Je crois comprendre ce que tu as en tête, Baltazard, mais cette chimère ne te laissera certainement pas faire ! Ecoute, j'aurais un peu de mal à me contrôler, mais je vais essayer de la fatiguer afin de nous laisser le champ libre...

Bien! Le loup-garou avait donc compris. Du moins en partis. Ce serait l'idéal si il réussissait a occuper la chimére pendant quelques minutes suplémentaires. Mais ce monstre étant trés trés fort, il était impossible de savoir si les deux aventuriers avaient une chance de s'en sortir en face a face. L'avare continua de s'approcher lentement de la marmite, priant pour que ses calculs soient justes. La chimére sembla avoir plus d'intéret pour le loup-garou, mais en réalité cette bestiole était beaucoup intelligente qu'elle n'y paraissait au premier abord. A moins que ce soit Perséphone en personne qui lui dicte ses mouvements? Baltazard allait sortir son sou fétiche quand le monstre se lança a l'attaque. Un cercle de fils barbelés trés douloureux apparut autour d'eux, bloquant ainsi leurs avançées. Mais l'avare lâcha un sourire. Ce n'était pas en les bloquant au même endroit que la chimére l'empécherait de mettre son plan a execution. Il sentit a cotés de lui le loup-garou se raidir, prêt a se battre. La Chimére n'en avait pas finit la. Elle cracha un long jet de flammes! La chaleur du feu surnaturel fit suer l'avare a grosses gouttes tandis que de cuisantes brulures le torturait. Surmontant la douleur, il essaya d'apercevoir le chaudron a travers les flammes. Mais il était impossible de le voir!

-Oh non.....

-Qu'estce qu'il fait chaud la-dedans, par pitié, maitre!!! Sortez-moi de là ou je vais éttoufer.

La petite voix courageuse et mettalique venait de la poche gauche de l'avare. Baltazard se rappela immediatement qu'il avait acheter a un prix raisonnable un jouet vivant! Le Petit soldat de Plomb. Il le sortit subitement de son antre et le porta a hauteur de visage. Le petit soldat agita sa minuscule main comme un éventail et jeta un regard interrogateur a son maitre. Il ne lui avait pas servit depuis plusieurs mois et il commençer a s'ennuyer au fond de sa poche. Quand il aperçut la chimére, son coeur de plomb ne fit qu'un bond dans sa poitrine.

-Arg! Euh... Maitre, pouvez-vous m'expliquer la situation?

-Pas le temps. Je vais lever ma main le plus haut possible avec toi dessus. Guide moi et indique moi ou se trouve le chaudron!!!


Arrêtant de se poser des questions, le brave jouet obéit aux ordres. Dans la fournaise envirronante, L'avare ne voyait même plus ou était Elwin. Il attendit un moment puis soudain le jouet lui hurla des indications. Baltazard n'aimait pas tirer a l'aveuglette mais il faisait confiance a sa petite acquisition. Il le reposa puis arma son lance-pierre avec son sou fétiche. Le projectile allait avoir toute sa chance de son coté.

-ELWIN!!!! SI VOUS M'ENTENDEZ, COUREZ VERS LA MARMITE! JE VAIS BRISER LES CHAÎNES DE LISETTE! VITE!!!!

Et il tira droit sur les chaînes de Lisette, ou du moins l'endroit indiquer par le petit soldat de Plomb. Il ne vérifia même pas si son tir avait atteint sa cible et se prépara a seconder Elwin si jamais la chimére le prenait en chasse.


(Tu peut me faire intervenir dans ton prochain post elwin, je bloquerait le monstre)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elwin Sezni
Le Grand Méchant Loup
avatar

Messages : 102
Date d'inscription : 01/12/2009
Age : 24

Feuille de personnage
Santé:
400/400  (400/400)
Inventaire:
Argent: 1570 pièces

MessageSujet: Re: Mission 1 : Durandill ( Perséphone- Baltazard-Elwin))   Ven 5 Fév - 23:28

Alors que Baltazard se dirigeait comme prévu vers le chaudron, Elwin se tenait prêt à contrer toute attaque pouvant empêcher leur plan de se dérouler convenablement. Seulement, et à la plus grande surprise des deux équipiers, ceux-ci se virent soudainement encerclés par des chaînes barbelées venues de nul part. La Chimère devait être seule responsable de la création de cet enclos qui empêchait désormais ses captifs de se mouver à leur guise. Se tenant déjà prêt à bondit par delà le grillage surnaturel pour venir cueillir la bête, le loup-garou se vit rapidement interrompu dans son élan. Cette première cracha de puissantes flammes de sa gueule, qui ne tardèrent pas à enflammer les chaînes. A présent enfermés dans une véritable prison en feu, Elwin sentit la température grimper à une vitesse folle, tant le matériau pouvait propager la chaleur. La Chimère quant à elle gloussait de plaisir et d'une façon désagréable.

*C'est un vrai four, ici... Et cette luminosité est aveuglante !*

En effet, les flammes qui dansaient autour d'eux brillaient d'une grande intensité, et leur chaleur troublait l'atomosphère et réduisait grandement la visibilité. Bien que le soleil ne lui ai jamais posé problème, Elwin avait beaucoup de difficulté à supporter cette température pour le moins étouffante, en particulier sous sa forme animale compte tenu de sa fourrure. Ses pupilles se posèrent sur Baltazard qu'il dinstinguait brièvement, celui-ci semblant tenir la conversation à un curieux personnage de la taille d'une figurine qu'il éleva au dessus de lui. Le jouet s'agita alors en lui adressant quelques mots. Puis l'Avare se mit à viser à l'aide de son lance-pierre et cria à l'intention de son compagnon :

-ELWIN!!!! SI VOUS M'ENTENDEZ, COUREZ VERS LA MARMITE! JE VAIS BRISER LES CHAÎNES DE LISETTE! VITE!!!!

Au même moment, le lycan perçut le bruit de l'elastique suivi peu après du sifflement d'un objet tranchant l'air à vive allure. Comme si son sang n'avait fait qu'un tour, Elwin se précipita en suivant le son du projectile, en dépit des vertiges dus à la chaleur environante. Le nom de Lisette sonna comme un signal que le loup-garou ne pouvait se permettre d'ignorer. Ce dernier bondit de tout son élan pour sauter au dessus des chaînes, sans se soucier des sensations de brulûres au passage entre les flammes, pour attérir de l'autre côté. Lorsqu'un bruit de fer brisé se fit entendre, c'est sans perdre une seule seconde qu'il prit appui sur son attérissage pour s'élancer à nouveau sur le chaudron. Le timing était important. Elwin parvint à attraper Lisette au vol, au beau milieu de sa chute, ressentant un certain malaise dû à tout cet argent en fusion dans la marmite meutrière. L'animal se courba pour soigner sa chute en une roulade et éviter de blesser la jeune femme. La rencontre avec le sol lui arracha une plainte, mais s'empressa déjà de se rétablir afin de vérifier si Lisette avait été récuperée sans dégâts. Elle semblait avoir été endormie, au vu de son visage paisible et serein. Elwin voulut rester à ses côtés et la regarder davantage, mais le cri sauvage de la Chimère raisonna dans la pièce. Le loup-garou saisit de ses crocs l'habbit de Lisette pour la placer sur son dos, et galopa jusqu'au bout de la pièce, à l'exact opposé du monstre, pour y déposer la jeune femme et la tenir à l'abri de toute possible attaque. Puis il fit l'itinéraire inverse, du plus vite qu'il le pouvait. Dans la prison de chaînes barbelées et flamboyantes, la créature avait rejoint Baltazard. Ce dernier semblait tout tenter pour la retenir, mais le lycan ne pouvait affirmer qui des deux avait l'avantage, bien qu'il se faisait une idée de la réponse dont la simple pensée ne le rassurait pas le moins du monde.

*Baltazard !!*

Elwin ne parvenait pas à formuler ses mots sous sa forme de loup, toutefois son cri désespéré avait raisonné dans son esprit, tandis qu'il s'élevait dans les airs pour repasser par dessus les chaînes, se coupant au passage sur les barbelés brulants qui provoquèrent sa chute de l'autre côté. Il ne s'attarda pas plus que cela sur ses blessures qu'il jugeait superficielles et se rua sur la Chimère par derrière, l'attaquant derrière la "nuque" avec ses crocs tout en plantant ses griffes sur les côtes de la bête dans l'espoir de la blesser et l'empêcher de s'attaquer davantage à l'Avare.

(J'espère que ça ira ?)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Baltazard Gold
Rescapé de mon passé
avatar

Messages : 278
Date d'inscription : 18/12/2009
Age : 31
Localisation : Aux enfers

Feuille de personnage
Santé:
400/400  (400/400)
Inventaire:
Argent: 200 pièces d'or

MessageSujet: Re: Mission 1 : Durandill ( Perséphone- Baltazard-Elwin))   Ven 12 Fév - 16:36

Baltazard tituba a travers la fournaise. Il était en sueur et arriver a peine a distinguer le chaudron au milieu de la chaleur ambiante, mais il espera de toute ses forces qu'il avait réussit. Lisette semblait trés importante aux yeux de Elwin, aussi importante que l'était Théséda a ses propres yeux. Les explications auraient lieux plus tard, si ils survivaient tout les deux a cette épreuve. L'avare vit soudain un éclair gris qui venait de lui passer juste devant lui. Elwin. Il le perdit ensuite de vue, mais il a tout de suite sut qu'il pouvait lui faire confiance pour sauver Lisette. Ce loup-garou était plein de ressources. Le regard de Baltazard fut soudain attirer par une ombre noire qui venait de se lancer a la poursuite de sa proie. L'avare eut une grimace de surprise puis s'élança a grande vitesse. Il entendit un ricochet sec a sa gauche. La chance était avec lui. Il se retourna juste a temps pour attraper son sou fétiche. Cela signfiait que le projectile chanceux avait atteint sa cible. Il avait ensuite ricoché sur tout les murs pour retourner vers son possesseur. Baltazard ne s'arréta pas pour autant de sa folle course. Bien qu'éssoufflé, il réussit a atteindre son but, au moment ou l'ombre allait traverser les barbelés. L'avare sauta avec adresse et s'accrocha a la queue de la chimére. Car c'était bien la chimére qu'il avait prit en chasse, pour ne pas que celle-ci empéche Elwin d'aller droit au but. Si Charon le voyait, il lui dirait qu'il a perdu la tête. Baltazard rafermit sa prise sur la queue du monstre tandis que celui-ci était en train de s'élever dans les airs. La drôle de queue verte se tordit soudain, comme un serpent. Et justemment, c'était un serpent. L'avare ressentit une cuisante brûlure a la jambe, jambe qui avait déja subit l'attaque d'un fléche mongole. Il lâcha instantannément la queue de serpent de la Chimére et s'effondra lourdement sur le sol. N'ayant pas put se receptionner convenablement, la chute avait été douloureuse pour Baltazard. Malgré tout, il avait réussit a distraire le monstre qui préféra s'attaquer a une proie plus facile. En loccurence, Baltazard. Celui-ci avait perdu son lance-pierre pendant la course, et réussit tant bien que mal a se relever alors que la Chimére se posa devant lui, lachant un nouveau rugissement. L'homme d'affaire resta debout devant la bête, prêt a tout pour la retenir et eut un petit sourire. Digne, il sortit lentement une cigarette d'une de ses poches. Dans la deuxiéme poche, le petit soldat de plomb jeta un coup d'oeil au monstre puis retourna subitement se terrer, pris d'une peur panique. Baltazard adressa son plus beau sourire a la Chimére.

-Dit, t'aurait pas du feu pour ma clope?

Outragé, le monstre grogna comme un chien prêt a bondir. Sauf que la c'était un bon gros chat. La bête lâcha immeditamment un petit jet de flammes, malgré tout capable de bruler Baltazard des pieds a la tête. L'avare fit plusieurs pas de cotés, évitant le feu maléfique et tendant juste sa cigarette au passage pour l'allumer. Une fois cela fait, il mit les mains dans ses poches, clope au bec.

-A nous deux. Désolé Scrooge, mais je croit que je vais devoir me salir les mains....

La chimére n'attendit pas son signal puis bondit sur Baltazard en moins de deux. Celui-ci fut surpris de la rapidité de l'animal qui lui assena un coup de griffes monumental. La force de la bête envoya le pauvre avare voltiger a plusieurs métres. Mais il se receptionna cette fois avec une adresse impeccable. Il grimaca tout de même un peu a cause de sa jambe bléssé. Cette fois, ce fut lui qui fonça vers son adversaire. La chimére essaya de le faucher d'un coup de patte mais il s'esquiva rapidement et lui donna un coup de talon assez douloureux. Pourtant, elle sembla ne rien sentir et riposta aussitôt, ornant la joue de Baltazard d'une belle coupure. Soudain, l'avare glissa sur une flaque de son propre sang, s'étalant de tout son long.

*-Baltazard!*

Le cri mental fit légérement tourner la tête a l'intéréssé, qui eut un pauvre sourire. Il était épuisé. Le combat n'avait jamais été son fort. La chimére rugit de bonheur et allait planté ses griffes dans le corps de l'avare mais celui-ci s'esquiva en une rapide roulade. Le monstre agacé allait répéter son geste quand un loup l'attaqua a la nuque. Baltazard sut tout de suite que c'était elwin. Profitant de la diversion, il se releva pour la éniéme fois tant bien que mal et courut vers le chaudron qu'il distinguait a peine a travers la sueur et le sang qui dégoulinait devant ses yeux.
Il allait sauver Théséda. Et il ne mourrait pas avant de l'avoir mit en sécurité. Il se baissa soudainement pour récupérer le Bouclier que Perséphone leur avait envoyé comme joujoux. Baltazard le lança comme un freesbie en direction des chaînes de Théséda. Il remarqua au passage qu'elwin avait sauvé Lisette finalement. L'avare sauta rapidement au-dessus des barbelés, et fit un ultime saut au-dessus du chaudron au moment même ou le Bouclier briser les chaînes de sa soeur. Il l'attrapa au vol et la jeta malgré tout sans douceur sur le sol avant de finir lui-même la tête la premiére sur le sol dur. Une expression de soulagement passa sur son visage en voyant que Théséda n'avait rien.

-*Bon, marre de tout ça. Elwin mérite de finir cette quéte. J'ai eu ma dose des enfers. Et pourtant, je m'apprête a y signer mon admission. Génial. Quelle ironie.*

Baltazard se dirigea donc déterminer vers l'endroit ou Elwin lutter contre la chimére. Il n'adressa pas un regard au loup-garou, franchissant les barbelés en s'égratinant les genoux, et s'interposa entre les deux combattants. La Bête eut un éniéme rugissement dévastateur. L'avare se tourna vers Elwin-loup, le regard sans appel.

-Part avec Théséda et Lisette, Je retient ce monstre. Ah, et n'oublie pas, finit cette quéte pour moi, d'accord?

Sans attendre de réponse, il fonça vers la chimére et la mort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elwin Sezni
Le Grand Méchant Loup
avatar

Messages : 102
Date d'inscription : 01/12/2009
Age : 24

Feuille de personnage
Santé:
400/400  (400/400)
Inventaire:
Argent: 1570 pièces

MessageSujet: Re: Mission 1 : Durandill ( Perséphone- Baltazard-Elwin))   Ven 12 Fév - 19:25

Pendant qu'Elwin retenait comme il le pouvait la créature pour l'obliger à s'en prendre à lui, Baltazard se releva pour se mettre à courir en direction du chaudron, traçant le même chemin que le loup-garou un peu plus tôt. Il allait à coup sûr sauver sa soeur restée suspendue. Y parviendrait-il ? Le lycan lui fit confiance et occupa un maximum la Chimère qui, excedée de servir de monture à l'animal, se secoua énergiquement comme un chien mouillé afin de se défaire cette emprise. Elwin dû se résoudre à lâcher la bête, se faisant projeter un peu plus loin et se réceptionnant au sol, déjà prêt à continuer le combat. Plus loin, il entendait clairement ce qui devait être le bouclier envoyé par Perséphone fendre l'air tel un frisbee. L'Avare avait trouvé un second moyen de briser les chaînes des captives, et devait avoir à présent récupérer sa chère soeur. Elwin fut soulagé, mais ne pu souffler plus longtemps, car le monstre se lança déjà à sa poursuite, envoyant sa patte de fauve couverte d'écailles. Le loup-garou eût tout juste le temps de planter ses griffes dans le membre de la Chimère avant qu'elle ne vienne à le déchiqueter. Mais la force de cette dernière était considérable, aussi le lycan eût bien du mal à repousser cette attaque plus longtemps. Il s'accrocha à la patte dangereuse et se laissa prendre dans cet élan. Elwin se décrocha alors pour attérir derrière la bête et lui asséna une violente morsure sur l'une de ses pattes de chêvre. L'autre vint lui envoyer son sabot dans les côtes pour tenter de le faire lâcher, tandis qu'un cri de rage s'échappait de la Chimère. Le loup-garou couina et dû se résoudre à retirer ses crocs du membre du monstre et s'en reculer. Le sang ayant coulé des plaies qu'il avait provoqué tâchait sa machoire acéré, et déjà avide de planter à nouveau la créature. Celle-ci s'était retourné vers lui, assoiffée de la même envie que le loup. Mais les deux bêtes n'eûrent pas le temps de reprendre la lutte que Baltazard s'interposa entre eux. Elwin pu se rendre compte plus attentivement des multiples blessures qu'il présentait, et s'inquiétait grandement de son état tandis que la Chimère poussa un nouveau cri bestial. L'Avare se tourna alors vers le lycan.

-Part avec Théséda et Lisette, Je retient ce monstre. Ah, et n'oublie pas, finit cette quéte pour moi, d'accord?

Elwin resta d'abord figé, pris de colère. Comment pouvait-il se permettre de lui demander de continuer sans lui ? Le lycan se refusa à l'abandonner ici, il voulait qu'ils terminent cette quête ensemble, qu'ils viennent à vaincre la créature en s'alliant et affronter en équipe les prochaines épreuves de la même façon que les précédentes. Pourtant lorsqu'il croisa le regard déterminé de Baltazard, le loup-garou sentit toute sa révolte disparaître. Son équipié se lança ensuite dans la gueule du monstre, il n'y avait pas d'autres mots pour décrire cet acte. Elwin voulu lui crier de s'arrêter, mais les yeux de l'Avare et sa demande repassaient à nouveau dans son esprit. C'est donc à contre-coeur que le loup-garou tourna les talons pour galoper en direction du chaudron, sautant par delà les barbelés qui, pour une raison qui lui était inconnue, commençaient à se rétrecir et s'évaporer. L'échappatoire rendu aisé, Elwin se dépécha de contourner la marmite meurtrière pour prendre dans un bras la seconde jeune femme précédemment attachée, la soeur de Baltazard, et se précipita ensuite plus loin dans la pièce pour prendre Lisette mise à l'abri. Il prit une inconsciente dans chaque bras comme des bagages et s'empressa de quitter cet endroit maudit. Derrière lui, un rugissement animal presque victorieux raisonna fortement. Le loup-garou secoua la tête sans interrompre sa course, jusqu'à se rendre à une grande porte, celle de sortie sans nuls doutes, en tout cas il l'espérait. Ouvrant cette dernière en trombe, le lycan déposa les jeunes femmes au sol et fit volte-face pour refermer la porte derrière lui, ne pouvant se permettre de jeter un dernier coup d'oeil à l'intérieur de la salle précédente. Lorsqu'à nouveau le silence envahi la pièce dans laquelle il venait d'attérir, Elwin se sentit dans un état si pitoyable qu'il ne tarda pas à reprendre sa forme humaine, se plaignant de la transformation inversée qui lui infligeait la même douleur qu'à sa première métamorphose pour devenir loup-garou. Rendu humain, le jeune homme ressentit les vives blessures de son combat et s'écroula au sol. Toutefois, ce n'était pas pour ces plaies que le lycan éclata aux sanglots.

-Ba... Baltazard... Pourquoi as-tu fait ça ! Espèce... d'imbécile...

Ses doigts fins crispées sur sa chevelure ébène, Elwin enfoui son visage entre ses bras, ne se souciant même plus de ce qui l'entourait. Il n'avait fait sa rencontre qu'aujourd'hui, seulement il s'était attaché à l'Avare à travers ces épreuves infernales. Ce fut la demande de ce dernier qui le força à relever la tête, les yeux baignés de larmes et expirant comme un enfant en pleurs. Baltazard lui avait demandé de sauver Lisette et sa soeur et terminer cette quête qui n'avait que trop durer. Le jeune homme se redressa légèrement en essuyant ses yeux d'un revers de bras, exténué, puis fouilla sa ceinture à la recherche de la fiole de guérison que Perséphone leur avait envoyé, et en bu plusieurs gorgées afin de retrouver ses forces. Ce cauchemard devait cesser. Elwin garda un fond de potion au cas où puis se remit debout, pour ensuite se diriger vers les deux anciennes captives afin de les adosser contre le mur. Aucune d'entre elles ne semblait avoir été blessée. Lorsque les yeux bleus du lycan se posèrent sur la dénommée Théséda, il ne pu s'empêcher de reconnaître les traits de son frêre. Il soupira tristement et se releva pour tenter de distinguer ce qui l'entourait dans cette nouvelle pièce.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mission 1 : Durandill ( Perséphone- Baltazard-Elwin))   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mission 1 : Durandill ( Perséphone- Baltazard-Elwin))
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Perséphone Dupré|Terminer ^^
» athéna perséphone zubrowka ☞ hey baby (uc).
» Hadés et Perséphone en Europe.
» Perséphone, Déesse des Ténèbres
» [terminé] The jealous are troublesome to others, but a torment for themselves - Perséphone & Héphaïstos

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les contes de la Lune noire :: Les coulisses du forum :: Les archives des contes de la lune noire-
Sauter vers: