Les contes de la Lune noire
Salut à toi compagnon surfeur, les habitants de la Lune noire te souhaite la bienvenue. Si cet environnement te plaît, n'hésite pas à nous rejoindre ^^


Et si derrière les faits se cachait une autre vérité...
 
AccueilportailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La fin des mystères

Aller en bas 
AuteurMessage
Tori O'Riordan
Rodeuse elfe
Rodeuse elfe
avatar

Messages : 191
Date d'inscription : 01/12/2009
Localisation : Ici et ailleurs

Feuille de personnage
Santé:
400/400  (400/400)
Inventaire:
Argent: 1500 pièces

MessageSujet: La fin des mystères   Lun 14 Déc - 23:59

Je vais poster une critique d'un livre que j'ai lu il y a environ un an... Comme d'hab, si ça vous intéresse^^.

La fin des mystères de Scarlett Thomas.

Scarlett Thomas est un écrivain anglais, né en 1972. Elle enseigne aussi la littérature anglaise et l’écriture à l’université du Kent depuis 2004. La fin des mystères est son quatrième roman (elle en a écrit sept).

Introduction
(bref résumé du chapitre 1 du livre) :

Ariel Manto, l’héroïne de ce livre, travaille au département de littérature anglaise à l’université. Le professeur Saul Burlem est à la tête de ce département. Il s’avère qu’il est son directeur de thèse, mais qu’il a disparu environ une semaine après l’arrivée d’Ariel. Pourtant, si Ariel était venue à cette université, c’était pour son enseignement, car il est le seul à vraiment avoir effectué un travail sur l’un des sujets de sa thèse : Thomas E. Lumas, écrivain du XIXème siècle.
Dans la première scène, alors qu’Ariel est dans son bureau, un tremblement de terre secoue ses pensées. Les alarmes se déclenchent. Elle sort alors du bâtiment pour découvrir qu’un pavillon de l’université s’écroule, enfin plus exactement c’est un tunnel sous le bâtiment qui s’effondre.
Par la suite, alors qu’elle rentre chez elle, elle croise sur son chemin une librairie d’occasion. Dans ce magasin, elle obtient à sa plus grande surprise un exemplaire très rare du livre La fin des mystères de Thomas E. Lumas.

Résumé du livre :

Ariel Manto prépare une thèse sur les expériences de pensée. Elle se plaît à étudier les lois qui expliquent l’origine de l’univers. Grâce au livre, elle obtiendra donc la formule pour entrer dans la Troposphère. C’est un endroit où toutes les consciences sont connectées, et où elle se peut se glisser dans les pensées des gens. Au départ, elle est partagée, elle se demande si ce que raconte le livre peut être vrai, même si elle aimerait que tout ne soit pas fiction. Elle préfère cette fiction là à la réalité. L’auteur a d’ailleurs fait savoir qu’Ariel Manto est une anagramme de « I am not real ».
Ce roman explore les relations entre la physique quantique et des théories scientistes. En gros, le livre mêle intrigue et vulgarisation scientifique, philosophie et religion. On peut comparer la Troposhère à la matrice. Ses thèmes sont la pensée, le langage, la destiné et les limites du temps.

Extrait p.126 du livre : (approche de la Troposhère)

« De même que Robert-Houdin conçut des automates par lesquels produire ses illusions, je propose ici de créer un automate de l’esprit par lequel tout un chacun pourra appréhender les illusions, ainsi que les réalités situées au-delà ; un automate par lequel, s’il en maîtrise l’usage, il pourra bondir dans tous les automates de l’esprit et ressentir leur électricité ».

Quatre mots évoquant le livre :


- Perturbant : c’est un livre qui bouleverse notre façon de voir le monde. Par l’intermédiaire de la physique, on apprend que tout est matière : les végétaux, les minéraux, les animaux… tous sont constitués d’atomes, mais aussi tout objet lui-même est faite de cette même matière. La question principale que se pose donc l’héroïne est : la pensée n’est-elle pas aussi matière ?

- Philosophique : parce qu’on ne parle de science que par métaphore. Après sa lecture, on se pose de multiples questions sur soi et les autres. La réflexion se prolonge alors au-delà de la lecture. On est obligé de confronter notre vision des choses avec celle d’Ariel Manto. Et puis petit à petit, on s’identifie à l’héroïne, et l’on se rend compte que l’on fait nous aussi partie de cette expérience de pensée.

- Abîmé : parce que la vie pour l’héroïne n’a pas toujours été facile, et qu’encore bien des choses la travaillent aujourd’hui. Lorsqu’elle rencontre Adam, un autre personnage de l’histoire, elle pense rencontrer tout son contraire, puisqu’il représente « la foi », mais lui aussi est un personnage blessé par son passé personnel… Et aujourd’hui, malgré qu’elle ne vit pas vraiment pas dans le luxe (mais plutôt accuse une situation très modeste), elle trouve dans la Troposhère un nouvel espace dans lequel tout est possible, où tout est imagination…

- Foi : le thème de la religion est très présent dans La fin des mystères, car en s’intéressant aux explications de l’origine de l’univers, la théorie du créateur divin ne pouvait être laissée de côté. Sans révéler davantage l’intrigue, Adam, l’homme que rencontre Ariel Manto peu de temps après qu’elle ait pris possession du livre, est un ancien prêtre. Il a révoqué son serment, pour se rapprocher de la philosophie… Néanmoins, il reste encore très perturbé par le soudain changement qu’il a opéré dans sa vie… De plus, quand Ariel Manto lui parle de science, il préfère la méditation (et il n’a pas encore complètement abandonné l’idée d’un Dieu).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leshorizonsdepokah.over-blog.fr/
 
La fin des mystères
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Horse Liberty -- La terre des Mystères
» Ta vie a un secret, mon âme a des mystères |Élodie de Froulay|
» Département des Mystères
» Les mystères de Lisbonne (de Raoul Ruiz)
» Trois jours à Poitiers

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les contes de la Lune noire :: Après l'effort ... ;) :: Flood :: Critiques de livres-
Sauter vers: