Les contes de la Lune noire
Salut à toi compagnon surfeur, les habitants de la Lune noire te souhaite la bienvenue. Si cet environnement te plaît, n'hésite pas à nous rejoindre ^^


Et si derrière les faits se cachait une autre vérité...
 
AccueilportailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La Vague

Aller en bas 
AuteurMessage
Lisette Heartless
Fille des ténèbres
Fille des ténèbres
avatar

Messages : 522
Date d'inscription : 13/11/2009
Age : 30
Localisation : A l'antenne IN

Feuille de personnage
Santé:
400/400  (400/400)
Inventaire:
Argent: 2300 pièces et 10 pts

MessageSujet: La Vague   Mar 8 Déc - 18:24

C'était un film que j'ai vu depuis déjà un moment. Il y a une spécialiste de ce film sur ce forum que j'invite à se présenter. Le temps que Tori O'Riordan arrive, je vais vous dire mon ressentis, c'est un film qui effraie un peu puisqu'il montre qu'une certaine manipulation des esprits est possible et que donc si nous ne faisons pas assez attention une dictature peut nous exploser à la figure. L'affiche même du film illustre bien toute cette tension liée à un mouvement expérimental lancé par un professeur nommé "La Vague". Voilà j'ai présenté les grandes lignes. ^^

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://iletaitunelune.forumactif.org
Tori O'Riordan
Rodeuse elfe
Rodeuse elfe
avatar

Messages : 191
Date d'inscription : 01/12/2009
Localisation : Ici et ailleurs

Feuille de personnage
Santé:
400/400  (400/400)
Inventaire:
Argent: 1500 pièces

MessageSujet: Re: La Vague   Mar 8 Déc - 19:56

Merci pour cette petite introduction Lisette Smile. Mais ce que j'avais écrit est très long (c'était un article à la base lol). Je vous le mets quand même pour ceux que ça intéresse.

Au-delà de la démocratie

La vague a d’abord déferlé dans les salles de cinéma allemandes, où elle a connu un succès considérable. C’est que
le fil conducteur de l’histoire est inspiré de faits réels. Plus précisément,
le réalisateur Dennis Gansel a choisi de réadapté sur nos écrans une étude
expérimentale sur le fascisme, qui avait été menée par le professeur d’histoire
Ron Jones en avril 1967. A cette époque,
ce dernier enseignait dans un lycée de Californie aux Etats-Unis auprès d’élèves
de première, qui ne croyaient plus à la possibilité de recréer un climat de
terreur dans le monde moderne. Comme lorsque dans le film, Monsieur Wenger
demande à sa classe « Pensez-vous
qu’une nouvelle dictature soit possible ?
», et qu’un de ses élèves
répond naturellement : « On
nous a assez mis en garde
». Les jeunes adolescents ne comprenaient pas non
plus comment le régime nazi avait pu perpétrer autant de crimes sans que la
population ne réagisse.


Des traces effectives manquent à l’argumentation
du professeur américain
pour
affirmer la véracité des éléments de toute son expérimentation, qu’il a choisi
de conter dans un texte cinq ans après. Pour autant, l’important est que la
sensation de mal l’aise véhiculée par les images de Dennis Gansel vous
accompagne tout au long du film. Du reste, l’histoire finit bien plus
dramatiquement dans la version cinématographique…


Tout commence avec un projet dans un cours sur
l’autocratie,
celui d’un
professeur de lycée, Rainer Wenger, plutôt proche de ses élèves. Ce projet, il
veut « le rendre vivant ».
Et pour cela, il leur propose de former une communauté, se basant sur des
principes comme la discipline, la loyauté, l’uniformité.
Ils ne feront plus qu’un, et seront portés par les valeurs de leur professeur
devenu un meneur, un chef. Pour que l’expérience soit concrète, ils doivent
choisir un nom. Ce sera « La vague ». Par la suite, ils seront par
exemple amenés à imaginer un salut évocateur ou un emblème significatif. Au
départ, des élèves se sentent troublés par les exercices qu’ils doivent
recréer, comme le fait de marcher en rythme, pour que le bruit de leurs pas les
unisse, les rassemble, mais peu arrêteront l’expérience, la plupart continueront,
et iront en fait jusqu’au bout…


C’est ainsi que le spectateur se rend rapidement compte
que ce qu’on lui montre le trouble lui aussi,
puisqu’il se reconnait parfois adolescent dans un
des personnages. Ce personnage, qui se sent exister et enfin utile à sa
communauté progressivement. Même les plus exclus sont défendus, car ils font
désormais partie de la bande, de leur clan. En effet, il n’y pas que la figure
de Monsieur Wenger qui se trouve être intéressante à observer dans ce film, le
personnage de Tim marque irrémédiablement. Avant évincé par ses camarades de classe,
cette communauté le fait renaître dans les yeux des autres, et c’est justement
ce sentiment diffus et salvateur qui en fait un être aux comportements parfois
radicaux, mais pourtant au sourire tellement humain. Un autre personnage qu’il
me semble important de mettre en avant est celui de Karo. Elle est tout le
contraire de Tim. L’actrice Jennifer Ulrich incarne une élève estimée et
ingénieuse, qui tout d’un coup se trouve obligée de descendre de son piédestal.
Elle aurait pu être cette résistante lucide, qui choisit de contrer la
propagation de La Vague, mais comme tous les personnages de Dennis Gansel, elle
est affublée de travers aussi compréhensibles, que pernicieux. On devine qu’il
n’y a pas qu’un souci de démocratie qui la porte…


D’autres thèmes sont abordés dans l’œuvre du
réalisateur allemand
,
tels que le problème de l’éducation aujourd’hui ; opter pour une éducation
libérée, ou au contraire une éducation intransigeante ? Néanmoins, ce que
révèle en premier lieu son visionnage, c’est cette accablante réalité qu’est la
difficulté d’instaurer une vraie harmonie dans une communauté ; bien que par
moment les différentes phases de l’embrigadement présentées peuvent paraître un
peu caricaturales, ou trop ordonnées. Il suffit de peu pour que les tensions
éclatent, et permettent d’appuyer des discours intolérants ou haineux. En
outre, à un âge en recherche de repères, de valeurs, de jeunes adultes peuvent
se laisser entraîner par des propos fédérateurs, mais qui ne font ensuite que
les fragiliser, voire les détruire
.


Koko.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leshorizonsdepokah.over-blog.fr/
 
La Vague
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Petite excarpate [PV: Vague Hirondelle et Cannabis]
» Quand on est au creux de la vague...
» Vague de changements à Chicago
» Résultats: Vague 4 et reste de vague 1
» Etienne Tshisekedi voudrait bien provoquer une vague mais...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les contes de la Lune noire :: Après l'effort ... ;) :: Flood :: Critiques de films-
Sauter vers: